Plusieurs centaines de militants du cdH réunis samedi en congrès participatif à Liège ont donné leur feu vert à 33 propositions que les députés du parti sont invités à défendre dans les assemblées parlementaires où ils siègent. Les enjeux environnementaux, sociaux, sociétaux, économiques et démocratiques y occupent une place en vue. Chacune des propositions a été présentée tour à tour par les députés qui représentent le centre démocrate Humaniste dans les différentes assemblées fédérale, communautaires et régionales. Les militants s'exprimaient en faveur ou en défaveur de celles-ci via une télécommande électronique.

En matière de démocratie, il sera proposé de permettre aux citoyens d'accorder leurs voix à des personnes de listes différentes, pour les élections communales; de mettre en place des conseils consultatifs des jeunes, et pour les aînés; ou encore de créer des initiatives locales de partage visant à mettre à disposition des citoyens, dans chaque commune, un budget à mobiliser pour des projets qui renforcent le lien entre les personnes.

En lien avec l'environnement, le cdH proposera notamment de réorienter les priorités de la Défense en fonction des défis climatiques; de mettre en place, dans chaque commune, une coopérative soutenue par l'épargne des citoyens visant la production d'énergie renouvelable; , de permettre l'embarquement du vélo dans les transports en commun en Wallonie, et à la SNCB, sans supplément de tarif; et de prévoir des normes de démontabilité pour favoriser la réutilisation des objets usagés.

Des initiatives parlementaires seront aussi prises visant à mieux intégrer dans les cours existants l'histoire des migrations; de créer des filières d'enseignement en alternance orientées vers les qualifications de pointe pour faire de cette forme d'enseignement un premier choix auprès des élèves; de créer une application gratuite "journal des jeunes- "1FORJ" qui diffuserait une information immédiate vulgarisée et organisée; et d'encadrer l'anonymat sur internet afin de poursuivre les propos haineux, le harcèlement et les tentatives d'enrôlement dans des mouvements radicaux.

Gratuité des transports en commun pour les mouvements de jeunesse; mise en place de zones franches immunisées de prélèvements fiscaux pendant trois ans, exonération de toutes charges fiscales et sociales pour les activités d'un revenu inférieur à 2.500 euros par an dans le cadre de l'économie de partage; utilisation des gares comme espaces de co-working, et déductibilité fiscale des cotisations aux clubs sportifs figurent dans cette série non exhaustive de propositions à défendre au niveau parlementaire.