Une analyse de Benoit Rihoux, professeur en sciences politiques à l'UCL.


Bertrand est Wallon. Il se dit 'plutôt libéral', mais ne se sent pas très proche d'un parti. Indépendant, il voudrait moins de pression fiscale. Il est pour l'union de la Belgique et n'aime pas la N-VA -- mais les questions institutionnelles le concernent peu, il trouve cela trop compliqué et, dans l’isoloir, il pense plutôt aux questions économiques. Il trouve la société trop permissive, il voudrait davantage de sécurité, de respect des hiérarchies, et ne comprend pas pourquoi on veut tout à coup rendre tout plus permissif, comme par exemple l'homosexualité.

Bertrand passe notre Test électoral fédéral, en accordant donc plus d’importance aux questions économiques quand l’outil lui demande de donner des poids aux différents domaines. Son résultat (à voir ici) le place clairement plus proche du MR (53%), le CDH (46%) et le FDF (45%) étant un peu plus distants. Cela le conforte plutôt dans ses choix. Il pensait bien être distant du PS et d’Ecolo.

Le lendemain matin, Bertrand se réveille… en Flandre. Il s’appelle à présent Bart. Il reprend sa page de résultats, et clique à présent sur : "partis flamands et francophones". Il obtient un nouveau résultat (lien) qui indique sa proximité à l’égard des 5 partis francophones mais aussi des 6 partis flamands. Ce faisant, il découvre surtout qu’il est nettement plus proche de la N-VA (77%) et de l’Open VLD (67%) que du MR.

L’analyse du politologue : Bertrand/Bart est un "libéral économique" et un "conservateur moral". Il n’est pas surprenant que des partis flamands arrivent en premier lieu dans ses résultats du Test, car l’offre partisane « libérale économique / conservatrice morale » est nettement plus forte en Flandre qu’en Belgique francophone.

Si Anne-Marie s’appelait Annemie, passerait-elle de l’orange au rouge ?

Anne-Marie est bruxelloise francophone. Elle travaille dans le secteur de la santé et se dit "plutôt de gauche et progressiste". Elle accorde beaucoup d’attention aux questions économiques et d’intégration entre belges de souche et personnes d’origine étrangère. Elle vote plutôt pour des personnes que pour un parti, mais elle s’informe un peu sur les programmes des partis avant de voter.

Anne-Marie elle aussi notre Test électoral fédéral dans les mêmes conditions que Bertrand/Bart. Son résultat (voir ici) lui indique qu’elle à la fois fort proche du CDH (81%), du FDF (80%) et d’Ecolo (79%), et également assez proche du PS (75%), ce qui la rend un peu sceptique.

Le lendemain matin, le compagnon d’Anne-Marie lui parle en néerlandais et l’appelle "Annemie". Elle a connu une mutation linguistique durant la nuit ! Elle retourne sur le Test électoral fédéral, clique sur "partis flamands et francophones", et découvre à présent (lien) que le SP.a (le parti socialiste flamand) est encore plus proche de ses opinions (85%). Par contre, elle est très distante de la N-VA (41%) et du Vlaams Belang (40%).