L’intelligence d’un homme politique, c’est d’abord de bien s’entourer. Le choix des proches collaborateurs, chef de cabinet, adjoints, porte-parole, est essentiel. Les "chefs cab", comme on les appelle, jouent un rôle prépondérant. Hommes ou femmes de l’ombre, infatigables, taillables et corvéables à merci, ils conseillent, préparent, appuient les ministres. Petit tour des perles rares choisies par nos ministres et secrétaires d’Etat.

Le Premier ministre, Elio Di Rupo, a laissé sa "Rolls" au Parti socialiste : Anne Poutrain, celle qui l’a accompagné pendant toute la durée des négociations politiques, restera au parti où elle continuera à diriger le centre d’études, l’Institut Emile Vandervelde. Pour le seconder, le Premier ministre a choisi de "débaucher" le chef de cabinet de Laurette Onkelinx, Hervé Parmentier : en tant que chef de cabinet du Premier ministre, il sera aussi secrétaire du Conseil des ministres. Le Premier ministre aura aussi un chef de cabinet flamand : celui-ci n’est pas encore officiellement désigné, tout comme son conseiller diplomatique. En revanche, son conseiller en matière de sécurité sera Pascal Petry, ancien chef de cabinet de Jean-Marc Delizée. Pour gérer les matières budgétaires au sein de son cabinet, Elio Di Rupo a fait appel à Vincent Magnée, un ancien, encore un, du cabinet de Laurette Onkelinx. Guillaume Dewalque restera le porte-parole d’Elio Di Rupo pour les francophones. Son homologue flamand devrait être connu dans les prochains jours. Laurette Onkelinx (Affaires sociales, Santé) conserve sa précieuse Laurence Bovy qui continuera à exercer les fonctions de chef de cabinet. Laurette Onkelinx aura trois chefs de cabinet adjoints : Florence Lepoivre, Christophe Soil et Yves Goldstein.

Auprès de Paul Magnette, qui a hérité de la Coopération au développement, des Entreprises publiques et de la Politique scientifique, Laurent Levêque reprendra du service en tant que "chef cab". Il sera secondé par d’autres personnes qui sont en cours de recrutement. Quant à Philippe Courard, secrétaire d’Etat aux Affaires sociales, il fera appel à Nicolas Bodson pour le seconder.

Côté libéral, le nouveau ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, conservera son chef de cabinet "vice-Premier" en la personne d’Olivier Henin. Mais celui qui prendra en main toute la cellule diplomatique n’a pas encore été identifié. Des contacts sont en cours. Le nouveau ministre du Budget, Olivier Chastel, a, lui, engagé Rudy Volders qui officiait, lors de la précédente législature, auprès de Didier Reynders aux Finances. Quant à Sabine Laruelle (Classes moyennes, PME, Indépendants), elle conservera Alain Jeunehomme.

Au CDH, Joëlle Milquet gardera son chef de cabinet "vice-Premier": Philippe Donnay. La ministre CDH devrait désigner, la semaine prochaine, son chef de cabinet pour la compétence "Intérieur". Le nom de Cédric Visart de Bocarmé, actuel procureur général à Liège - dont le mandat vient à échéance en janvier - a circulé. Mais, à ce stade, rien n’est confirmé. Quant à Pierre Crevits, il continuera de prodiguer ses bons conseils à Melchior Wathelet (Environnement, Energie, Mobilité).

Pour le versant flamand du gouvernement, Steven Vanackere (vice-Premier et ministre des Finances) a conservé son ancien chef de cabinet, Eddy Peeters. Il a aussi décidé de reprendre le chef de cabinet d’Yves Leterme, Eric Kirsch, un fidèle du CD&V. A la Défense, Pieter De Crem jouera la continuité : Ludwig Van der Veken reste en place. Quant à Servais Verherstraten (secrétaire d’Etat aux Réformes institutionnelles, à la Régie des bâtiments), il sera épaulé par Benjamin Dalle. Enfin, c’est Johan De Cuyper qui rejoindra Hendrik Bogaert, le nouveau secrétaire d’Etat à la Fonction publique et à la Modernisation des services publics.

A l’Open VLD, on remarquera d’emblée une nomination : celle de Ruben Lecok, la "star" du parti qui dirigeait déjà le service d’études. Agé de 32 ans à peine, il sera chargé de la politique générale au cabinet de Vincent Van Quikenborne, vice-Premier ministre et ministre des Pensions. Les libéraux flamands nous ont habitués à faire confiance aux jeunes : faut-il rappeler que Guy Verhofstadt était, lui, devenu président du parti à 28 ans ! L’autre chef de cabinet sera Luc Windmolders. Il travaille actuellement chez Base. Jan Poels, procureur du Roi de Turnhout, rejoindra Annemie Turtelboom, la nouvelle ministre de la Justice. L’ancienne chef de cabinet adjointe d’Annemie Turtelboom a rejoint Maggie De Block, secrétaire d’Etat à l’Asile, l’Immigration et l’Intégration sociale. C’est Jan Cornillie, directeur du service d’études du S.PA qui a été désigné chef de cabinet de Johan Vande Lanotte, vice-Premier ministre et ministre de l’Economie. Tania Dekens officiera auprès de Monica De Coninck (ministre de l’Emploi) et Tom Janssens sera le premier "sherpa" de Johan Crombez (secrétaire d’Etat à la lutte contre la Fraude fiscale et sociale).