Présente sur le plateau de RTL lors du journal télévisé, Christie Morreale est revenue sur la vaccination des enseignants en priorité. "Je ne suis pas opposée à cette idée" a-t-elle commencé. Avant ensuite d'admettre qu'ils ne sont pas en tête de liste. "Le conseil supérieur de la santé a dit que les personnes à vacciner en priorité, ce sont les personnes âgées et les personnes malades. Dans les hôpitaux, alors qu’on a un pic de l’épidémie, ce sont ces personnes qui doivent être vaccinées en extrême priorité. Il y a 640.000 personnes de plus de 65 ans en Wallonie, 250.000 qui ont des maladies et moins de 65 ans. Ces personnes-là doivent être vaccinées."

Selon elle, il s'agit d'une véritable course contre la montre. "Les vaccins qui sont là en Wallonie vont servir principalement pour cette population-là. Et si dans ces centres de vaccination, on se retrouvait avec quelques doses excédentaires, on les donnerait aux personnes à risque, aux plus âgés et à ceux qui ont des maladies, et potentiellement à des soignants."

Dès lors, à partir de quand les enseignants pourront-ils être pris en charge? "Cela dépend des livraisons" tempère-t-elle. "Malheureusement, cette semaine, on n'a que 100.000 vaccins. La semaine prochaine, on en annonce 130.000 en Wallonie. On vaccine aussi vite qu’on reçoit des vaccins. On fonctionne à flux tendu. Si on arrive à avoir plus de 200 ou 300.000 vaccins, nous vaccinerons de manière plus intensive et nous pourrons envisager la suite des opérations. A ce stade, la priorité, ce sont nos plus fragiles."

Pour la ministre wallonne de la Santé, la Belgique fait partie des bons élèves en matière de vaccination. "La première semaine, j’avais donné 2 consignes aux centres de vaccination qui ont fait un travail remarquable en vaccinant plus de 100.000 personnes en une semaine. Aujourd’hui, au sein de l’Union européenne, la Belgique est en haut de l’échelle. Deuxièmement, je leur ai demandé de ne laisser aucune dose de côté. On a connu une semaine instable avec le vaccin Astrazeneca et une méfiance de la population pendant quelques jours, même si une grande majorité a continué à se faire vacciner."

Pour Christie Morreale, la problématique AstraZeneca a donné du retard au calendrier de vaccination belge. "Nous avons eu une grosse déception avec Astrazeneca qui devait nous livrer 700.000 vaccins et on en a 500.000. Ce qui conduit par exemple des centres de vaccination à devoir aujourd’hui fermer, faute de doses qui sont incertaines. On aimerait avoir 200.000 vaccins par semaine pour pouvoir soutenir le rythme et en 3 semaines vacciner toutes les personnes de plus de 65 ans et une semaine de plus pour toutes les personnes qui ont des pathologies qui les rendent fragiles."