Politique belge

Le professeur de didactique de l'Histoire à la KU Leuven, Karel Van Nieuwenhuyse, ne voit pas d'un bon oeil le plaidoyer de Bart De Wever pour des "canons flamands", soit une liste de "points d'ancrage" de la culture et de l'histoire flamandes "qui caractérisent la Flandre en tant que nation européenne" et que les élèves et nouveaux arrivants devront connaître, comme évoqué dans la note d'intention publiée lundi par l'informateur flamand. "Ce n'est pas une bonne idée", a commenté mardi le professeur louvaniste sur les ondes de Radio 1. "De cette façon, l'Histoire devient un outil de la politique", a développé le professeur. "Et nous voyons où cela a mené dans d'autres pays."

Il n'est pas non plus raisonnable, selon Karel Van Nieuwenhuyse, de se voir imposer une identité.

"Le plaidoyer en faveur de tels canons flamands tend vers une forme de supériorité que je n'aime pas du tout. Une société repose sur de très nombreuses influences extérieures. Il s'agit d'un discours en faveur d'un mécanisme exclusif plutôt qu'inclusif. Il faut juste abandonner cette idée", a insisté M. Van Nieuwenhuyse.

La note, présentée lundi au CD&V et à l'Open Vld, devrait servir de base pour mener les négociations en vue de former le prochain gouvernement flamand.