Politique belge

Les négociateurs PS et Ecolo poursuivaient, jeudi midi, leur consultation des acteurs de la société civile à qui ils présentent les 20 lignes directrices qu'ils ont définies comme ébauche de leurs futures déclarations de politique gouvernementale pour la Wallonie et la Fédération Wallonie Bruxelles (FWB). Par souci d'efficacité, ces lignes directrices ont été segmentées en différents thèmes qui sont discutés tour à tour durant 1h30, dans 3 salles différentes, avec les différents acteurs de terrain.

Après les représentants de l'enseignement (pouvoirs organisateurs, associations de parents, ...), ce sont ceux du monde académique et de la recherche (universités, FNRS, associations étudiantes, ...) qui sont arrivés au Parlement de la FWB où se déroulent les discussions.

"Nous avons pu pointer nos priorités et bénéficier d'une vraie écoute", a commenté à sa sortie Yvon Englert, le recteur de l'ULB. Selon ce dernier, de nombreux sujets ont pu être abordés au cours de l'entretien et une note de synthèse sera rapidement remise aux négociateurs. "Nous avons parlé de l'enseignement, bien sûr, mais aussi des pôles de compétitivité et de comment rendre plus efficaces les moyens dont on dispose", a-t-il expliqué.

"Cette une initiative positive qui nous a permis de discuter, entre autres, du refinancement de l'enseignement et du coût des études", même si, en la matière, "aucune promesse n'a été faite", a de son côté estimé Chems Mabrouk, la présidente de la Fédération des étudiants francophones (FEF).

Dans l'après-midi, les négociateurs du PS et d'Ecolo doivent encore rencontrer des représentants du monde de la culture, des médias, de l'enfance et de la jeunesse, de la démocratie et de la citoyenneté, et, enfin, de la santé et de la sécurité sociale. Un programme chargé qui devrait être bouclé aux environs de 20h.

Vendredi, les échanges reprendront, à Namur cette fois, sur des questions se rapportant davantage aux compétences de la Région wallonne.