"L e gouvernement doit annoncer la phase fédérale du plan catastrophe s’il estime, sur la base des recommandations des experts, qu’il y a une menace sérieuse pour la santé publique qui autorise des limitations de la vie publique", a estimé mercredi le bourgmestre d’Anvers Bart De Wever. La veille, il avait lâché ne pas vouloir interdire d’événements dans la métropole flamande sur la base d’une simple recommandation.

Après avoir été très critique mardi quant à la communication du fédéral sur les mesures à prendre pour éviter la propagation du coronavirus Covid-19, le bourgmestre N-VA d’Anvers a tapé encore un peu plus sur ce clou. Pour lui, l’exécutif fédéral est "le seul compétent pour prendre en charge la coordination d’une problématique de santé nationale". Bart De Wever reste ainsi sur la même ligne critique, affirmant que "les autorités locales ont reçu, sans information officielle, l’avis de prendre immédiatement des mesures restrictives". Le gouvernement fédéral a ainsi "créé le chaos", a affirmé le mayeur.

Une recommandation floue ?

Bart De Wever soutient que la recommandation, qui émane en fait d’un conseil national de sécurité dans lequel les entités fédérées et donc entre autres la Flandre étaient impliquées, peut être diversement interprétée, ce qui poserait problème. Pour rappel, le gouvernement fédéral a recommandé mardi d’annuler les événements qui devraient rassembler 1 000 personnes ou plus en intérieur, pour tout le mois de mars. La recommandation a été énoncée à la suite d’avis rendus par des experts, et s’adressait entre autres aux autorités locales (gouverneurs et bourgmestres), les seules à avoir le pouvoir, dans la situation actuelle, d’interdire purement et simplement certains événements.

La gouverneure suit le fédéral

Les gouverneurs des provinces se sont rangés mardi soir derrière cette recommandation, affirmant vouloir rendre les règles les plus uniformes possible. La gouverneure de la Province d’Anvers, Cathy Berx, a indiqué mercredi matin qu’elle traduirait la recommandation dans un règlement le jour même. La limitation de l’ampleur des rassemblements de personnes en intérieur devrait donc bien devenir rapidement une réalité dans la Province, malgré les rapides critiques du médiatique bourgmestre anversois… qui devra, finalement, rentrer dans le rang.

De Wever, le frondeur

Comment décoder le comportement frondeur de Bart De Wever ? Le président de la N-VA a-t-il voulu faire un pied-de-nez à ce pouvoir fédéral, que les nationalistes flamands rêvent de réduire à sa plus simple expression ? L’entourage du bourgmestre affirme qu’il ne faut pas y voir de manœuvre politique. Bart De Wever aurait réagi en pur municipaliste, soucieux de ne pas adopter à la légère des mesures qui léseraient la santé économique d’Anvers.