Ce secrétaire d'Etat serait chargé de "l'unité du commando", mettent en avant Maarten Vansteenkiste, psychologue, et Pierre Van Damme, épidémiologiste. Ils sont aussi appuyés par le professeur en biostatistique Geert Molenberghs.

Erika Vlieghe et Marc Van Ranst ne se prononcent pas encore à ce sujet mais reconnaissent que "la centralisation dans cette crise est cruciale, tant au niveau de l'administration que de la science".

Il n'est pas encore établi si un éventuel gouvernement Vivaldi disposera d'un siège pour un tel secrétaire d'Etat. Toutefois, il semble bien question qu'un responsable soit nommé pour la gestion de la crise sanitaire. Mais il semble peu probable qu'un secrétariat d'Etat lui soit pour autant confié.

Ce qui est sur la table est la nomination d'un commissaire chargé du coronavirus. Mais il s'agirait alors d'un expert médical, sans la responsabilité politique associée à un secrétaire d'Etat. C'est pourquoi MM. Vansteenkiste, Van Damme et Molenberghs plaident pour une combinaison des deux.

Le commissaire pourrait présenter des avis concrets basés sur les avancées scientifiques et le secrétaire d'Etat serait un point de contact politique, responsable des décisions.