La Commission européenne a donné samedi son feu vert au régime de garantie de 50 milliards pour les entreprises mis en place par la Belgique, tout comme le conseil ministériel restreint ("kern") élargi aux dix présidents de partis soutenant les pouvoirs spéciaux accordés à l'équipe de la Première ministre Sophie Wilmès, a annoncé le ministre des Finances, Alexander De Croo. 

M. De Croo (Open Vld), Febelfin, la fédération du secteur financier, et la Banque nationale de Belgique (NBN) ont présenté un important plan de soutien en mars, avec un système de garantie de 50 milliards d'euros pour les entreprises, un dispositif qualifié de "bazooka", pour lutter contre les effets économiques de la crise du coronavirus.

Ce plan a passé samedi la rampe à la fois du "kern" que de la Commission européenne, a indiqué M. De Croo dans un communiqué.

"Les entreprises saines avant la crise du coronavirus doivent toujours l'être après. Et à cet égard, il est essentiel que l'octroi de crédit reste souple. L'activation de ce régime de garantie est une nouvelle étape importante pour garantir le financement de nos PME et entreprises dans les mois à venir", a expliqué le grand argentier belge.

"Tous les nouveaux crédits et les nouvelles lignes de crédit d'une durée maximale de douze mois que les banquent octroieront jusqu'au 30 septembre 2020 aux entreprises non financières, aux indépendants et aux organisations du secteur non marchand viables (hors crédits de financement) tombent sous le régime de garantie maintenant avalisé par la Commission européenne", a ajouté M. De Croo.

Selon lui, les banques ont la possibilité d'extraire 15% des nouveaux crédits hors du régime de garantie.

"On évite ainsi aux entreprises qui ne sont pas touchées par la crise du coronavirus de devoir payer la prime due dans le cadre du régime de garantie.

La Banque nationale de Belgique et la Trésorerie mettront en place avec Febelfin un système de monitoring pour assurer le suivi du régime de garantie ainsi que des engagements du secteur financier