Le gouvernement bruxellois a annoncé vendredi plusieurs mesures à effet immédiat à l'attention du secteur économique et des entreprises impactées par le COVID-19, avec une attention toute particulière pour l'Horeca, mais aussi les secteurs culturel, hôtelier et événementiel. 

Selon la secrétaire d'Etat bruxelloise en charge de la transition économique, Brabara Trachte, les problèmes auxquels sont confrontées les entreprises sont de plusieurs ordres: une difficulté en termes de liquidité et de trésorerie, des investissements planifiés remis en question, une diminution de la production de produits ou services et une perte de fréquentation et de clientèle.

Par conséquent, le gouvernement bruxellois a décidé de renforcer les équipes du 1819 qui centralise toute les informations à destination des entreprises et de soutenir fortement la trésorerie des entreprises touchées via l'octroi de garanties publiques (via le Fonds bruxellois de garantie) sur des prêts bancaires, pour un total de 20 millions d'euros.

Un moratoire sera appliqué sur le remboursement des prêts accordés par finance&invest.brussels aux entreprises impactées. L'accompagnement des entreprises en difficulté via le Centre pour les entreprises en difficultés (CED) sera lui aussi renforcé.

Par ailleurs le traitement et la liquidation des aides économiques à destination prioritaire du secteur Horeca, mais aussi des secteurs culturel, hôtelier et événementiel seront anticipés.

Il y aura simplification et une "bienveillance administrative" à l'attention des entreprises et commerces touchés.

Selon Barbara Trachte, d'autres mesures sont également analysées, parmi lesquelles l'assouplissement de certaines taxes régionales comme la City tax mais aussi des mesures qui pourraient accompagner et encourager les plateformes collaboratives de livraison.

Ces mesures s'ajoutent aux dispositif annoncés par le gouvernement le 4 mars dernier (e.a. mise sur pied d'une Task force réunissant les membres du Conseil stratégique de l'Economie élargi à visit.brussels; mise en place d'un monitoring hebdomadaire de l'impact du Covid-19 sur l'économie bruxelloise).

Toujours selon la secrétaire d'Etat à la Transition économique, ces mesures complètent celles mises en place par le gouvernement fédéral (reconnaissance du Covid-19 comme motif de chômage temporaire pour force majeure; le chômage temporaire pour raisons économiques; plan de paiement pour les cotisations sociales patronales, la TVA, le précompte professionnel et l'ISOC; réduction des paiements anticipés des indépendants; report ou dispense de paiement des cotisations sociales des indépendants; obtention d'un revenu de remplacement en faveur des indépendants).