Le gouvernement wallon a lancé jeudi un groupe de travail (task force), qualifié d'urgence sociale, pour répondre avec plusieurs organismes aux conséquences de l'épidémie du coronavirus qui affecteront les plus vulnérables.

On retrouve dans cette task force le Réseau wallon de Lutte contre la Pauvreté, la Fédération des CPAS, la Fédération des Services sociaux (FDSS), le Service public de Wallonie (SPW) et de l'Agence wallonne pour une Vie de Qualité (AViQ).

Un relais avec le niveau fédéral et les entités fédérées sera également assuré, tandis que d'autres parties prenantes seront associées aux travaux en fonction des thématiques et des mesures abordées, selon un communiqué du ministre-président Elio Di Rupo.

Le gouvernement wallon a déjà demandé aux gouverneurs d'organiser, en concertation avec les pouvoirs locaux, un accueil alternatif pour les personnes en grande précarité, et dégagé un budget d'un million d'euros à cet effet.

La nouvelle task force aidera à gérer cela. "Elle va en effet nous permettre d'évaluer en permanence la situation avec les travailleuses et travailleurs de terrain qui font un travail de première ligne remarquable, de détecter au plus vite les populations les plus vulnérables qui sont en danger, qui nécessitent une attention particulière ou la prise de mesures d'aide urgentes", a commenté la ministre de la Santé et de l'Action sociale, Christie Morreale.