Au 21e siècle, cette situation n'est pas acceptable. Ces dysfonctionnements n'auraient pas dû se produire. Ils ont sans doute été insuffisamment anticipés par les gestionnaires de réseau", a admis le ministre wallon de l'Energie, Philippe Henry, interrogé sur le sujet, lundi, en commission du parlement wallon. "Il est clair que la technologie utilisée dans les compteurs à budget et la plateforme de gestion Talexus sont vieillissantes et sont insuffisamment performantes", a-t-il ajouté.

Début juillet, de nombreux compteurs à budget avaient été coupés chez Resa et Ores, une partie de leur détenteur n'ayant pas réactivé la carte leur permettant de faire fonctionner leur compteur après la suspension du système durant le confinement lié à la crise du coronavirus. Un problème technique avait par ailleurs avancé la coupure de 24 heures pour un certain nombre de clients.

Au 30 juin, chez Resa, 2.900 clients sur environ 35.000 sous compteur à budget n'avaient toutefois pas fait le nécessaire ou n'avaient pas suivi les indications données. Chez Ores, c'étaient 4.727 clients qui étaient encore concernés le 2 juillet - veille de la date butoir fixée par le GRD - alors que 48.852 clients étaient en ordre, a détaillé le ministre Henry.

"Il est opportun et important, à l'avenir, de revoir ce mécanisme de coupure", a-t-il par ailleurs souligné en appelant à privilégier des dispositions qui permettent aux ménages en difficultés de payer leur facture d'énergie, qui les soutiennent dans la réduction structurelle de leur consommation par une amélioration de l'isolation de leur logement, et qui garantissent qu'un acteur indépendant vérifie le respect des droits et obligations des parties avant toute décision de coupure.