C’est lors du prochain conseil communal, fixé au mardi 27 avril, que les libéraux de Woluwe-Saint-Pierre (dans l’opposition au sein de la commune) déposeront une motion contre la suppression de deux bandes de circulation sur l’avenue de Tervueren. Pour mémoire, La Libre révélait fin mars l’existence d’un projet de mobilité porté par la Région flamande dans le cadre de travaux d’aménagement qu’elle planifie sur le ring autoroutier autour de Bruxelles. La Flandre ambitionne en fait de supprimer deux bandes de circulation (une voie pour le trafic entrant et une voie pour le trafic sortant) aux Quatre Bras pour en faire une autoroute cyclable dans chaque sens. Actuellement, il existe déjà une piste cyclable - mais en mauvais état - sur l’avenue de Tervueren. 

Ce projet de mobilité impacte directement les habitants de la commune de Woluwe-Saint-Pierre. Son bourgmestre, le CDH Benoît Cerexhe, avait fait savoir à La Libre qu’il rejette en bloc cette initiative, à commencer par la phase "test" du projet prévue de la fin août à début octobre. Via leur motion, les libéraux wolusanpétrusiens emboîtent le pas de leur bourgmestre. Ils s’opposent non seulement au test de mobilité, mais également au projet tel qu’il est pensé aujourd’hui par la Région flamande.

"Cette motion permettra de voir ce que chacun votera. Écolo et Défi (dans la majorité à Woluwe-Saint-Pierre, NdlR) sont au gouvernement bruxellois, ils ne peuvent à la fois défendre une qualité de vie dans la commune et en même temps avaliser à la Région une décision qui va intensifier fortement le trafic dans certaines rues via les itinéraires alternatifs proposés par des applications comme Waze ou autre que les gens vont prendre […]", fustige le conseiller communal MR Étienne Dujardin. 

Depuis l’échelon régional, les députées libérales Anne-Charlotte d’Ursel et Alexia Bertrand épinglent de leur côté ce qu’elles estiment être un "discours dissonant" dans le chef de Défi, parti au pouvoir à la fois à la commune et à la Région. "Comment, au niveau régional, Défi avale-t-il autant de couleuvres face aux Écolos dans un enjeu majeur de mobilité, sur un des axes principaux qui mènent à la capitale ? Bruxelles n’est pas une île, on se demande comment certains peuvent être aussi naïfs face à la volonté de certains d’enfermer Bruxelles", s’interrogent les deux élues.