Les communes à facilités de Rhode-Saint-Genèse et de Linkebeek ont lancé au cours du week-end et de lundi la procédure d'envoi des convocations électorales en vue du 14 octobre prochain selon un processus très comparable.

A Rhode, il subsistait un très léger doute sur la langue dans laquelle les habitants de la commune recevraient leur convocation. Le conseil communal a chargé cinq de ses membres de déposer les convocations. A Linkebeek, un conseiller communal en a été chargé par le collège. Selon le bourgmestre non nommé Damien Thiéry, ce sera dans la langue de l'intéressé. La majorité francophone du conseil communal de Rhode-Saint-Genèse avait chargé samedi cinq conseillers communaux de l'envoi des convocations. Le ministre flamand des Affaires intérieures, Geert Bourgeois (N-VA), avait aussitôt annoncé qu'il signerait, dès ce lundi, un arrêté d'annulation de la décision du conseil communal.

Officiellement, les membres du collège se taisent dans toutes les langues au sujet de celle dans laquelle les convocations seront envoyées aux habitants. Lundi, l'échevin FDF Eric Libert s'est plu à dire que ce serait "une surprise" pour lui également.

Samedi, comme la bourgmestre Myriam Delacroix-Rolin, il s'était prudemment absenté du conseil communal. Les cinq conseillers cette fois-ci "chargés" de l'envoi et non plus mandatés ne se présentent plus au scrutin. A Linkebeek, on a pris moins de précautions. Le collège échevinal lui-même a chargé un conseiller communal qui se présente au scrutin de déposer les convocations à Bruxelles X, a indiqué lundi soir Damien Thiéry.

Les habitants de la commune recevront leur convocation chacun, dans leur langue, a précisé Damien Thiéry.

A Wezembeek et à Crainhem, dont les bourgmestres n'ont pas été nommés non plus précisément pour ne pas avoir suivi les circulaires du gouvernement flamand en la matière, le collège doit se réunir à ce sujet dans les prochains jours.