Le chef du gouvernement n'a pas donné de date précise, mais il a confirmé que ce serait au plus tôt après l'été.

"Vous recevrez aussi un vaccin, mais aujourd'hui, c'est vous qui êtes les moins fragiles. Nous vaccinons d'abord ceux qui peuvent tomber malades plus facilement, mais à la fin, nous allons aussi vacciner des enfants", a indiqué M. De Croo aux enfants qui l'ont rapidement interrogé sur ce point pendant l'émission.

Les firmes pharmaceutiques étudient actuellement la vaccination des plus jeunes. "On mène d'abord des tests sur le groupe d'âge des 12 à 17 ans. Si l'on voit que tout va bien, on va aussi regarder aux plus jeunes, de 6 à 11 ans", a expliqué la virologue Isabel Leroux-Roels.

Les études portent notamment sur la dose dont les enfants ont besoin et sur les éventuels effets secondaires. "Pour les plus jeunes (de 0 à 6 ans), peu de connaissances existent actuellement car ils jouent un moins grand rôle dans la propagation du virus", a précisé la virologue.

Concernant l'agenda, Isabel Leroux-Roels juge réaliste la perspective de commencer à vacciner les 12 à 17 ans vers la fin de l'année. Les plus jeunes devraient selon elle attendre 2022.