Un peu plus de quatre mois après les élections régionales, le gouvernement flamand est enfin prêt à travailler. Mercredi, le ministre-Président Jan Jambon (N-VA) a prêté serment devant le Roi. Il a ensuite fait de même devant le Parlement flamand, en compagnie de ses huit collègues.

Premier constat : avec trois femmes sur neuf ministres, le gouvernement Jambon est moins féminin que les exécutifs du sud du pays (3 sur 8 à Bruxelles ; 3 sur 8 en Wallonie et 3 sur 5 à la Communauté française).

Second constat : les portefeuilles ministériels flamands ont attiré de (très) grosses pointures telles que Jan Jambon, Wouter Beke ou Bart Somers. Sans doute une illustration du déplacement toujours plus marqué du centre de gravité politique du fédéral vers les entités fédérées. Mais aussi le signe que l’incertitude qui plane, et qui devrait planer encore très longtemps, sur la formation du gouvernement fédéral, a incité une série d’acteurs politiques de premier plan à s’emparer d’un maroquin flamand plutôt que de convoiter un hypothétique portefeuille fédéral qui n’arrivera peut-être jamais. Exceptions notables : Theo Francken (N-VA, lire ci-dessous) et Maggie De Block (Open VLD).

Un appel à la jeune génération

Dans sa déclaration politique devant le Parlement, le nouveau ministre-Président a voulu répondre aux critiques qui se sont abattues sur sa coalition à la suite de la publication de son programme (virage identitaire, manque d’ambition climatique…).

Jan Jambon a lancé un appel à "abandonner le négativisme". Il veut écrire une histoire "qui enthousiasme tous les Flamands, quelle que soit leur origine, conviction ou orientation". Il a donné aux jeunes engagés pour le climat le conseil de ne pas céder au catastrophisme. "Je lance un appel à nos jeunes, a-t-il dit. N’abandonnez pas l’espoir. Nous aurons besoin plus que jamais de vous pour réaliser le passage à une économie circulaire. C’est avec votre engagement, aujourd’hui, sur les bancs de l’école, que nous gagnerons la lutte contre le changement climatique."

Une partie importante de la déclaration a été consacrée à l’intégration. "Nous apporterons chaleur et sécurité à tout qui est né, grandit, habite, travaille et vit ici. Mais aussi à ceux qui veulent construire une nouvelle vie ici et s’inscrivent complètement dans notre communauté. Celui qui veut faire partie de notre communauté mérite sa chance. Mais nous attendons de chacun qu’il contribue", a souligné M. Jambon.

Enfin, le nouveau ministre-Président a dit son horreur du racisme. "J’en fais une affaire d’honneur que ce gouvernement s’attaque à toute forme de discrimination. Et cela ne sera possible que si nous sommes capables de nous défendre en tant que communauté et individus. La neutralité dans les pouvoirs publics, dans l’enseignement public, les normes de reconnaissance plus strictes des communautés religieuses et des écoles, le ministre flamand de la Justice, la politique d’exécution… Tout cela vise à maintenir la liberté dans notre société."

© IPM Infographics