Le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, Theo Francken, a relativisé mercredi les propos tenus par le président de son parti. Bart De Wever ne soutient pas qu'il ne faut pas protéger les réfugiés de guerre, a-t-il expliqué sur les ondes de Radio 1. Lors d'une séance académique à l'Université de Gand, le président de la N-VA a plaidé en faveur d'une révision des conventions de Genève qui organisent le statut des réfugiés depuis 1951. Selon lui, les temps ont changé et la protection sociale, à laquelle les réfugiés peuvent prétendre, s'est considérablement étendue.

"Dire que la N-VA met le poing sur la table et que cela doit se faire du jour au lendemain... ce sont naturellement des choses différentes. Mais on peut quand même constater que la convention de Genève a été rédigée dans un certain contexte qui est maintenant dépassé pour partie. Qui plus est, il n'a pas dit que l'on ne devait plus protéger les réfugiés de guerre", a expliqué M. Francken.