"Ces faits ont été enregistrés en 2018. Deux ans plus tard, c'est devant ce qui est considéré comme une inaction de la part des autorités policières et judiciaires que les avocats de la défense, représentant la veuve de la victime, ont décidé de diffuser ces pièces du dossier. Ces faits sont dramatiques, choquants. Ils posent la question de la maîtrise de la violence par les agents des forces de l'ordre. Et au moins tout autant sur les mécanismes de contrôle et de sanction tant internes à la police qu'externes, par les voies judiciaires", a rappelé le chef de groupe, Ahmed Laaouej.

Un ressortissant slovaque a trouvé la mort en 2018 à Charleroi dans une cellule d'isolement de l'aéroport. Les images diffusées montrent des agents de la police fédérale maitrisant sans ménagement la personne, s'appuyant sur sa cage thoracique et plaçant une couverture sur son visage. Un des agents est également filmé faisant un signe s'apparentant au salut nazi.

Le PS souhaite obtenir d'urgence des réponses aux graves questions qui se posent.

La commission de l'Intérieur s'est déjà réunie durant ces vacances à la suite des incidents de Blankenberge.