Cette demande n'a pas obtenu la majorité suffisante et a été rejetée. La question de l'inscription à l'ordre du jour pourrait dès lors être abordée mercredi prochain en conférence des présidents, si l'avis du Conseil d'Etat est entretemps rendu. Le vote de la proposition de loi était attendu en séance plénière jeudi passé mais les opposants au texte ont déposé pour la deuxième fois des amendements et obtenu qu'ils soient envoyés pour avis au Conseil d'Etat, reportant de ce fait les travaux. L'institution a 30 jours pour se prononcer mais, puisqu'il s'agira de son troisième avis sur la proposition, il est possible qu'elle aille plus vite. Si l'avis devait arriver avant la séance du 16 juillet, dernière avant les vacances parlementaires, les socialistes souhaitaient que le vote puisse avoir lieu à cette date et ne doive pas attendre la rentrée de septembre.

"Nous ne pouvons pas nous résigner face à cette obstruction du travail parlementaire", a justifié le chef de groupe socialiste Ahmed Laaouej.

Cet argument n'a pas été suivi sur tous les bancs. La N-VA, le Vlaams Belang, le CD&V, le MR et l'Open Vld ont voté contre la motion déposée par le PS, entraînant son rejet.

"Le chemin de la sérénité, c'est attendre que l'avis du Conseil d'Etat arrive et que l'on puisse procéder à l'inscription via la conférence des présidents", a notamment justifié Benoît Piedboeuf (MR).

Le cdH, qui avait demandé l'avis du Conseil d'Etat la semaine dernière, a par contre décidé de "laisser passer" la motion, la jugeant toutefois "inutile". "Vous tentez une fois encore de caricaturer ceux qui ne sont pas d'accord avec vous", a déclaré Catherine Fonck.