Jeudi, il était question d'un nouveau report du vote pour désigner Zakia Khattabi à la Cour constitutionnelle. Et ce, vu les incertitudes concernant les positions des différentes formations politiques, en lien notamment avec les négociations au fédéral. Mais un vote a finalement eu lieu au Sénat ce vendredi matin. Zakia Khattabi n'a pas obtenu le nombre de voix nécessaires (37 sur 60, il lui manque trois voix) et un second tour a été organisé.

L'écologiste avait besoin du soutien de deux tiers des sénateurs. Et sans la N-VA (9 sièges), le Vlaams Belang (7), elle avait besoin de l'appui du MR (7), de l’Open VLD (5) et du CD&V (5) - ou en tout cas d'une partie des sénateurs de ces formations - pour rassembler les 40 votes (sur 60) nécessaires. Au second tour, l'ancienne coprésidente des verts n'a obtenu que 38 votes. Trop peu pour être élue. C'est fini pour elle, à moins qu'Ecolo veuille présenter à nouveau sa candidature (ce qui semble être, à ce stade, le cas). Une nouvelle procédure de désignation va être organisée.

Le MR favorable

Après de discrètes discussions, le MR s'était finalement prononcé ce vendredi matin en faveur de la désignation de Zakia Khattabi à la Cour constitutionnelle. Initialement, les libéraux francophones pensaient s'abstenir, tout comme les libéraux flamands, ce qui aurait rendu impossible l'arrivée de l'ancienne coprésidente d'Ecolo à la Cour. Pour rappel, le Vlaams Belang et la N-VA comptaient s'opposer à cette candidature.

Le fait que le MR valide la désignation comme juge de Zakia Khattabi n'a donc pas suffi. Son avenir dépendait également du comportement de l'Open VLD et du CD&V. Il semble que Gwendolyn Rutten, la présidente des libéraux flamands, ait donné l'instruction à ses sénateurs de voter en faveur de l'écologiste mais ce choix a été contesté hier par la sénatrice Open VLD Els Ampe. Et, du côté des démocrates-chrétiens flamands, les options restaient floues.

Selon le sénateur Philippe Muyters (N-VA), il y aurait eu 21 votes d'abstention lors du premier tour. C'est cela qui a mis Zakia Khattabi en difficulté car les abstentions sont prises en compte dans le calcul total des voix à atteindre et pèsent comme des votes négatifs.

Pour l'anecdote, le sénateur coopté Georges-Louis Bouchez n'était pas présent ce vendredi matin lors du premier vote mais a rejoint l'assemblée pour le second tour. Son vote a sans doute contribué à faire passer les voix en faveur de Zakia Khattabi de 37 au premier tour à 38 au second tour.