Alors que la Belgique voit le nombre de contaminations, d'hospitalisations et de décès repartir à la hausse, certains plaident pour des mesures plus strictes, notamment pour les écoles. La Flandre a déjà entrepris plusieurs démarches pour éviter que la propagation du variant britannique dans la société n'entraîne des flambées de cas dans les établissements scolaires. Imposant notamment une semaine de cours à distance aux élèves du secondaire avant le congé de Carnaval, le nord du pays n'a pas été suivi par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Le ministre-président Pierre-Yves Jeholet (MR) a ainsi rapporté qu'après une rencontre avec les experts, il avait été décidé qu'il n'était pas nécessaire de renforcer les règles en vigueur dans les écoles. "Le nord du pays ne va pas nous dicter ce qu'on doit faire", a déclaré le libéral sur Bel RTL
  
Selon le président du MR, Georges-Louis Bouchez, il n'est pas étonnant que la Flandre adopte cette mesure plus stricte, au vu des appels plus insistants à cet égard venant des experts de la santé flamands. "Au nord, il y a deux virologues, Marc Van Ranst et Geert Molenberghs, qui ne cessent de dire que c'est la catastrophe, a constaté le leader libéral dans les colonnes du  Laatste Nieuws. Je ne minimise vraiment pas la situation, mais en Belgique francophone les virologues s'immiscent moins dans les décisions. Je ne comprends pas que trois jours après le Comité de concertation, il disent que les coiffeurs ne pourront pas rouvrir." 

Qui plus est, le Montois estime que le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (sp.a), aurait tendance à écouter davantage ces experts plutôt que d'autres. 

Il n'a d'ailleurs pas mâché ses mots à l'égard du socialiste flamand. Tout comme Pierre-Yves Jeholet, Georges-Louis Bouchez a reproché au ministre de la Santé d'adopter un ton parfois "alarmiste". "Il doit faire attention à son discours anxiogène, a ajouté le président du MR à HLN. Il dit comme ça que le vaccin pourrait ne pas fonctionner contre le variant sud-africain. Soit il le sait de source sûre et il y fait quelque chose. Soit il n'en sait rien et se tait."