L'intéressé, en laissant sa place, pour raisons personnelles, au sein de l'assemblée dans laquelle il a siégé sans discontinuer durant 26 ans depuis janvier 1995, a aussi tourné le dos à la politique en abandonnant ce dernier mandat. L'ancien maïeur chestrolais n'a toutefois pas pu participer à cette séance n'étant plus domicilié dans la commune et ne remplissant dès lors plus les conditions d'éligibilité. Le mandat vacant de Dimitri Fourny a été proposé à la première suppléante de la liste Agir Ensemble de l'ancien maïeur, Nelly Gendebien, qui a elle-même été bourgmestre de Neufchâteau durant deux législatures, mais cette dernière s'est désistée au profit d'une colistière Sylviane Wauthier-Lequeux.

Cette démission intervient un peu moins d'un an après que Dimitri Fourny a retrouvé les rangs de l'opposition chestrolaise - dans laquelle il avait déjà siégé 18 ans - à la suite de la saga des élections communales d'octobre 2018. Celles-ci avaient été annulées sur fond de suspicions aux procurations électorales et du second scrutin de juin 2019, à la suite duquel l'intéressé avait perdu le maïorat.

Dans la foulée de l'annonce de son inculpation dans l'affaire de suspicions de fraude électorale, en mars 2019, Dimitri Fourny, contestant cependant toute implication, avait déjà mis fin à sa carrière parlementaire, menée durant 15 ans en parallèle à son engagement au niveau local, en annonçant son intention de ne plus se présenter aux élections régionales de mai 2019. Invoquant vouloir "défendre son honneur", l'ancien chef de groupe CDH au parlement wallon avait néanmoins été encore candidat à sa propre succession pour un second mandat de bourgmestre de Neufchâteau lors du nouveau scrutin communal de juin 2019. Bien que battu, car sa liste n'avait plus obtenu une majorité absolue, Dimitri Fourny est encore resté bourgmestre jusque début mai 2020 dans une situation d'affaire courantes. Sa liste avait introduit une réclamation, après les élections de juin 2019, pour une question de droit de vote des étrangers auprès du gouverneur de la province de Luxembourg qui lui-même avait interrogé la cour constitutionnelle avant de se prononcer. Le scrutin de juin 2019 avait finalement été validé en février 2020 mais l'installation du nouveau conseil communal de Neufchâteau avait encore été repoussée en raison des mesures de confinement.

Si Dimitri Fourny a quitté la vie politique, le volet judiciaire, dans lequel une vingtaine de personnes sont inculpées, est lui toujours pendant. Si l'instruction a été menée au départ du tribunal du Luxembourg par le juge Jacques Langlois, la Cour de cassation a ensuite dessaisi les juridictions luxembourgeoises en vue d'éviter tout soupçon de partialité, l'une des personnes inculpées étant parent avec des membres du greffe. Le règlement de procédure devra pour la suite être examiné par la chambre du conseil de Mons qui a remis, début mars, l'affaire sine die en raison d'une demande de devoirs complémentaires.