Stéphane Hazée, chef de groupe Ecolo au Parlement wallon sortant, était l'invité de la matinale de Bel RTL ce vendredi matin. Négociateur Ecolo au niveau wallon, il avait rencontré avec Jean-Marc Nollet Elio Di Rupo et Paul Magnette mercredi dans le cadre de premières concertations en vue de former un nouveau gouvernement régional.

A la question "Peut-on se passer d'Ecolo au prochain gouvernement wallon", le principal intéressé est clair: "Ce qui est sûr, c'est qu'on ne peut pas se passer des enjeux écologiques. A savoir le climat, la transition écologique et solidaire... Et ceux qui sont là pour porter cette enjeu, ce sont les Verts. Donc si c'est pour qu'on perde encore cinq ans comme sous la dernière législature, ce serait dramatique."

Si Stéphane Hazée reconnaît que personne n'est incontournable, il précise que ce qui compte pour Ecolo, "c'est le projet, le contenu, la perspective que l'on donne à la population. Le pouvoir n'est jamais qu'un moyen. Ce n'est jamais un but."

Le chef de groupe Ecolo précise les intentions du parti: "Clairement, Ecolo est là pour porter son projet. Nous avons fait campagne sur la transition écologique et solidaire, sur l’assainissement des pratiques politiques et c'est clairement ce message-là que nous portons sur la table. Soit il y a des partenaires pour avancer dans ce sens et alors nous serons avec, soit on veut simplement quelques 'mesurettes' à la marge et alors ce sera sans nous". Et Stéphane Hazée d'ajouter: "Le climat, il doit être mis au cœur même du gouvernement. Il y a des engagements qui ont été pris avec l'accord de Paris, il y a des résolutions qui ont été votées par le parlement... Il faut maintenant que l'ensemble des politiques soient mis au diapason si on veut gagner cette victoire."

Quant à une coalition potentielle avec le MR, dont la campagne a été assez virulente à l'égard des écologistes, le chef de groupe Ecolo répond: "Certains au MR ont changé de monde. Quand vous franchissez le mur de la vérité, vous vous retrouvez dans le monde du mensonge et je ne sais pas comment on sort de ce monde là. Il n'y a pas d'un côté la campagne électorale où l'on fait ce que l'on veut et, d'un autre côté, le monde civilisé que l'on retrouve après les élections. Un examen de conscience doit être fait"

Après avoir dressé quelques points d'exigence du parti (isolation des bâtiments, transports en commun...), l'écologiste s'est exprimé sur la désignation par le Roi de Didier Reynders et Johan Vande Lanotte comme informateurs, un choix selon lui de l'expérience "peu étonnant vu le contexte politique délicat". Si Stéphane Hazée reconnaît la gravité et la complexité de la situation au niveau fédéral, il ne veut pas imaginer que "les entités fédérées soient prises pendant des centaines de jours en otage". Autrement dit, s'il pense qu'il faut un peu laisser décanter la situation, il serait regrettable pour la Wallonie d'attendre le fédéral pour former un gouvernement wallon.