Ecolo a réclamé vendredi le report et l'allongement de la consultation publique sur le plan de gestion à long terme des déchets nucléaires de l'Office national des déchets radioactifs et des matières fissiles (Ondraf). 

Le public sera consulté du 15 avril au 13 juin prochains sur les incidences environnementales de l'enfouissement des déchets les plus radioactifs alors que le pays sera encore en situation de confinement, dénoncent les Verts. "L'enfouissement des déchets radioactifs engage la Belgique sur une durée d'au moins 300.000 ans et coûtera des milliards d'euros. Il est irresponsable de débuter une consultation publique sur un sujet aussi grave et complexe en plein milieu d'une crise sanitaire sans précédent. Comment les Belges vont-ils pouvoir s'informer correctement sans publicité, sans réunion publique, sans panels d'experts, confinés chez eux?" demande le député Samuel Cogolati.

Les Verts soupçonnent l'Ondraf de vouloir jouer "en catimini". Ils interpelleront la ministre de l'Énergie, Marie-Christine Marghem, à ce sujet.

La ministre n'a pas attendu une séance parlementaire pour communiquer son point de vue. Il n'est pas question d'une opération "en catimini", a fait remarquer son cabinet. Les dates de cette consultation ont été annoncées à plusieurs reprises au parlement et en temps utile. L'opération est la suite d'un long processus commencé en 2018 pour organiser la gestion des déchets et les conclusions de la consultation seront ensuite transmises au gouvernement qui prendra attitude. Les éléments du dossier seront publiés par l'Ondraf.

"Ce n'est donc pas une surprise", a-t-on ajouté.

L'Ondraf est en outre un organisme indépendant, dont la ministre a la tutelle avec sa collègue Nathalie Muylle et qu'elle ne peut influencer, a-t-elle rappelé. La consultation qu'il a lancée s'inscrit dans les conditions de la loi du 13 février 2006 sur les études d'incidence environnementale et la participation du public.