Le Premier ministre et président du MR, Charles Michel, est prêt à accomplir un deuxième mandat à la tête du gouvernement fédéral dès lors que celui-ci se concentre sur les enjeux socio-économiques, a-t-il laissé entendre dimanche soir sur le plateau de la VRT.

"Si c'est possible dans le cadre d'un accord de gouvernement fort, sans dispute communautaire, avec l'ambition de créer plus d'emplois -car je suis convaincu que c'est la clé pour le défi climatique, la cohésion sociale, le financement de la protection sociale- avec une équipe forte", a-t-il expliqué, interrogé sur le point de savoir s'il était disposé à rempiler au "16". Et d'ajouter: "Je suis quelqu'un qui prend ses responsabilités".

Le départ de la N-VA a provoqué la démission du gouvernement au mois de décembre. M. Michel s'est toutefois félicité des réformes menées pendant quatre ans et demi. Il n'exclut pas de faire un mandat de plus avec les nationalistes. Il attend d'eux qu'ils fassent la clarté sur leurs intentions communautaires et institutionnelles.

"Pendant la campagne de 2014, j'étais convaincu -et c'était une erreur- que la N-VA ne pourrait pas sortir du communautaire. Et puis, nous avons pu conclure un accord avec la N-VA, le CD&V et l'Open Vld sans programme communautaire. A l'avenir, chacun devra faire la clarté. Veut-on oui ou non une ambition socio-économique? Si c'est le cas, ce qui comptera, ce sera le programme, plus que les partenaires", a souligné M. Michel.