La députée Eliane Tillieux (PS), qui devrait être élue mardi après-midi présidente de la Chambre, sera la première femme à accéder au perchoir dans l'histoire de la Belgique, succédant à 51 hommes, s'est-elle réjouie en matinée, en défendant l'accord conclu entre les sept partis de la coalition gouvernementale sur l'IVG. "C'est d'abord un honneur pour moi d'être la première femme à occuper cette fonction depuis la création de notre pays" voici depuis bientôt 200 ans, a-t-elle affirmé sur le plateau de la chaîne d'information en continu LN24.

Mme Tillieux a souligné qu'elle succèdera à "51 présidents hommes".

L'élection des membres du bureau de la Chambre est prévue lors d'une séance plénière organisée à 14h00, avec des mesures de précaution contre le Covid-19, comme la présence dans l'hémicycle de trois députés par groupe.

Présentée par la majorité, Mme Tillieux devrait l'emporter sur la candidate de la N-VA, la députée Valérie Van Peel.

"C'est l'aboutissement de tout un combat que j'ai pu mener au cours de ma carrière politique pour plus d'égalité en général et entre les hommes et les femmes", a affirmé l'ancienne ministre wallonne de la Santé, de l'Action sociale et de l'Égalité des chances.

Elle a insisté sur la "valeur de l'exemple" et sur la volonté de certains partis de favoriser la parité, ce qui s'est traduit par la formation d'un gouvernement fédéral comptant dix hommes et dix femmes.

Mme Tillieux a souligné que la Chambre avait un rôle important à jouer "pour se rapprocher du citoyen", qui réclame davantage de participation à la vie politique et aux prises de décisions. Elle appelé à la reprise des travaux du groupe de travail dédié à la bonne gouvernance au sein de la commission de l'intérieur de la Chambre.

"Nous devons faire une place" aux personnes sur le terrain "qui ont envie de s'investir" sans vouloir figurer sur un liste électorale, a souligné la future présidente de la Chambre - le deuxième ou le troisième personnage de l'Etat, en alternance avec le président du Sénat.

Mme Tillieux a par ailleurs défendu le compromis intervenu entre les sept partis de la coalition Vivaldi (Open Vld, MR, PS, sp.a, Ecolo-Groen et CD&V) sur l'avortement - ne soumettre propositions de loi en cours d'examen à la Chambre au vote qu'après une évaluation de la pratique et de la législation actuelle - alors qu'elle avait déposé lors de la précédente législature un texte prévoyant d'allonger le délai dans lequel une IVG peut être pratiquée à 18 semaines après la conception, au lieu de 12 semaines actuellement.

"L'accord de gouvernement dit qu'une étude scientifique devra être menée pour clarifier certains points (...) et un nécessaire consensus. Chaque parti devra faire un pas en avant pour faire en sorte qu'un consensus aboutisse dans ce dossier. Je m'en réjouis", a-t-elle précisé.

Dans une interview publiée par les journaux du groupe L'Avenir, Mme Tillieux s'est d'autre part engagée à "être (le) président de toutes et tous". "Mon livre de chevet, pour l'instant, c'est le règlement de la Chambre", a-t-elle souligné.

Elle a assuré posséder "les qualités minimales pour m'exprimer en néerlandais". "Je ferai tous les efforts possibles pour améliorer l'expression orale, bien entendu", a-t-elle promis.