Le déconfinement du 8 juin va apporter davantage de convivialité dans la société, mais pas question de relâcher l'attention face au virus qui est toujours présent, a commenté jeudi matin le ministre-président wallon Elio Di Rupo, interrogé sur Bel-RTL au lendemain de l'annonce de la phase 3 du déconfinement pour ce lundi 8 mai.

"Le grand problème est que le virus est toujours présent, même si la situation est aujourd'hui nettement moins dramatique qu'il y a quelques semaines", a exposé M. Di Rupo en rappelant les règles de distanciation et le conseil de laisser dans les restaurants un moyen d'être alerté a posteriori en cas de contamination d'un convive.

>> À lire également: voici l'ensemble des mesures prévues pour la phase 3 du déconfinement 

Interrogé sur les allégations de la ministre fédérale de l'Emploi Nathalie Muylle, selon qui les francophones auraient demandé la fermeture des restaurants à une heure du matin et non à minuit comme le préconisaient les néerlandophones, le chef du gouvernement wallon a réfuté.

"Non, je crois que cela a été discuté, il n'y a pas eu une demande des francophones ou des néerlandophones, nous avons tous discuté pour permettre deux services dans les restaurants: à 19h et à 21h", a-t-il répondu.

Pour les secteurs qui ne pourront rouvrir rapidement, M. Di Rupo dit comprendre la déception. "Si l'on pouvait aller dans une discothèque et s'épivarder un peu, ce serait très agréable, mais malheureusement, ce sont des endroits où les contacts sont très resserrés, intimes, et donc des foyers incroyables de la propagation de l'épidémie", a-t-il commenté, renvoyant au mois d'août ou de septembre.

Le gouvernement wallon discutera encore ce jeudi du plan de relance "Get up Wallonia". "On essaiera d'aider au maximum nos concitoyens, sachant qu'on ne fabrique pas l'argent".