En avril dernier, il avait déjà comparé le fichage du plan Canal au fichage des juifs.

Dans un tract distribué en langue turque, le bourgmestre socialiste de Saint-Josse et 3e candidat bruxellois à la Chambre a de nouveau accusé le gouvernement fédéral et plus particulièrement la N-VA d'avoir fait la chasse aux musulmans lors du plan Canal. Les libéraux ont rapidement qualifié ce tract de "communautariste et clientéliste". Ce n'est pas la première fois que le socialiste accuse le gouvernement sortant d'avoir visé les musulmans de Bruxelles lors de la mise en place du plan Canal. En avril dernier, à l'occasion d'une interview accordée à la chaîne de télévision Al Arabiya, il avait été plus loin encore, assumant totalement ses propos.

© DR

Pour mémoire, il avait comparé l’action menée par le gouvernement Michel dans le cadre de la mise en place du plan Canal à “une autre période sombre de notre histoire européenne où les Allemands avaient commencé à faire du fichage pour connaître l’identité des Juifs avant de les envoyer dans les camps de la mort”. Des propos chocs qui suscitent un tollé sur les réseaux sociaux.

L’élu socialiste avait confirmé son propos. “J’étais scandalisé ! Je n’ai jamais comparé la Belgique à l’Allemagne du 3e Reich”, relativisait-il, précisant dans la foulée qu’Al Arabiya faisait une série d’interviews-portraits de plusieurs bourgmestres bruxellois dont Ahmed Laaouej (PS) ou Pierre Kompany (CDH). “J’ai dit que le fichage des enfants fréquentant les écoles coraniques bruxelloises opéré au début du plan Canal me rappelait cette période de l’histoire.”

Il démentait par contre le fait d’avoir plaidé pour le wahhabisme, comme certains l’avaient déclaré dans la presse. “Cela a visiblement été mal interprété. J’ai dénoncé, comme je l’ai régulièrement fait à la Chambre, le plan Canal. Ce plan dit que la fraude sociale mène au terrorisme international. J’ai toujours dénoncé cette approche fédérale, que j’estime à côté de la plaque. Ce gouvernement a utilisé de manière abusive les services de l’État pour opérer un contrôle systématique de personnes essentiellement issues de l’immigration, de musulmans. On ne peut pas utiliser les services de l’État pour contrôler systématiquement une population selon ses origines sociales ou ethniques.”

“Quant au fichage des enfants fréquentant les écoles coraniques… Franchement, ce n’est pas rien. C’est très grave ! Oui, cela me rappelle une période sombre de notre histoire européenne ! Je le dis et le redis ! Si l’on remet mes propos dans leur contexte, ceci n’est que fausse polémique.”

Meilleure preuve pour Emir Kir : “J’ai réuni des représentants du culte musulman anderlechtois et molenbeekois et le ministre de l’Intérieur de l’époque Jan Jambon (N-VA) pour une médiation. Nous lui avons demandé d’arrêter ce fichage systématique, il l’a fait… Nous avons aussi demandé que cessent les interventions policières dans les mosquées le jour de la prière du vendredi… Avec leurs chaussures sur la moquette… Quelle indignité !”