Les discussions ont repris ce mercredi matin au parlement wallon en vue de la formation d'une coalition. Les socialistes ont rencontré les écologistes. Comme à l'habitude, c'est le duo Di Rupo-Magnette qui mène la danse. Mais il serait surtout question ici de fond puisque le président du PS a expliqué "essayer d'aboutir à un coeur de programme sur base des convergences" avec les écologistes. "Nous devons établir un calendrier qui nous permettra de rédiger une note qui sera proposée ensuite à l’ensemble des députés wallons et à tous les partis, a déclaré le socialiste à Namur. Cela prendra du temps. Cette méthode répond à la demande d’Ecolo".

"Deux formations - le cdH et le PTB - se sont retirées du jeu. Nous continuons donc avec ceux avec lesquels nous avons des convergences fortes. Et c'est Ecolo", a de son côté assuré Paul Magnette. "La situation est très compliquée mais nous sommes très créatifs", l'essentiel restant toutefois "de trouver des convergences de fond", a-t-il poursuivi en assurant par ailleurs "qu'il n'y a pas de cordon sanitaire autour du MR". "Le seul cordon sanitaire du PS, c'est contre l'extrême droite", a rappelé le bourgmestre de Charleroi.

Les deux partis - PS et Ecolo - semblent toutefois de plus en plus se rapprocher, le PS cherchant à répondre au mieux aux "réformes basculantes" voulues par les Verts. Ils souhaiteraient à terme proposer un "programme" solide et ce, pour le présenter à d'éventuels partenaires de majorité... ou pas. En effet, à ce niveau, les deux formations ne sont pas d'accord. Alors que Paul Magnette envisagerait une coalition minoritaire, Jean-Marc Nollet a déclaré lundi envisager une coalition "coquelicot' ouverte à la société civile.

Les libéraux, écartés des discussions à l'heure actuelle, ont fait connaître leur mécontentement. Le parti revendique sa deuxième place aux élections en Wallonie pour justifier sa montée au pouvoir.