Le conseil communal de Liège a adopté mardi, lors d'une séance extraordinaire, une motion relative à l'intercommunale Enodia (ex-Publifin), visant à soutenir "le développement de l'initiative industrielle publique et l'activité économique afin de créer des emplois et maintenir les centres de décision à Liège". Appuyée par DéFI, la motion proposée par le collège communal PS-MR n'a pas bénéficié du soutien de l'opposition PTB, Vert Ardent et cdH. PTB et Vert Ardent ont voté contre; le cdH s'est abstenu.

La proposition faite par le collège communal réaffirme entre autres "son soutien à l'ensemble des travailleurs du groupe ainsi qu'aux administrateurs d'Enodia" et "sa volonté de soutenir le développement de l'initiative industrielle publique et l'activité économique afin de créer des emplois et maintenir les centres de décision à Liège".

Le texte appelle à la "mise en œuvre effective et dans les plus brefs délais de la décision du Conseil d'administration d'Enodia de supprimer Finanpart, conformément à la recommandation de la commission d'enquête parlementaire". Il invite également à redéfinir de manière transparente le développement stratégique de l'intercommunale et son périmètre d'activités.

Sur les bancs de l'opposition, Raoul Hedebouw (PTB) a dit souhaiter que la ville de Liège s'oppose à la vente des actifs concurrentiels d'Enodia et s'oppose donc par là à la privatisation des intercommunales.