Politique belge

Il est temps. Si on n’y arrive pas, c’est qu’il y a une volonté de ne pas y arriver, affirmait en substance Laurette Onkelinx, négociatrice PS, en entrant au 10 rue de la Loi. Elle visait sans aucun doute les libéraux, toujours accusés de traîner, de tergiverser.

Face aux critiques, l’entourage du formateur défendait toujours sa méthode très progressive et une tendance à repousser les négociations les plus difficiles à la fin. Elio Di Rupo devait présenter une nouvelle épure budgétaire et une nouvelle base pour les réformes structurelles aux PS, MR, CDH, CD&V, Open VL et SP.A. Après deux heures de réunion, les négociateurs interrompaient la négociation pour analyser la note déposée par le formateur. Celle-ci ne suscitait pas un enthousiasme débordant côté libéral, où l’on notait que beaucoup de "zones d’ombre subsistaient" encore.

L’épure d’Elio Di Rupo était toujours jugée trop à gauche, malgré "de timides avancées". La nuit sera longue, confiait un observateur. D’autres trouvaient la proposition, déclinée sous forme de tableau à remplir par les six partis, "plus équilibrée qu’auparavant". Apparemment, Elio Di Rupo a fait un nouveau pas vers la droite en jouant plus volontiers sur les dépenses de l’Etat. Il a par ailleurs décliné les efforts budgétaires à réaliser sur 2012, 2013 et 2014.

Pour l’an prochain, la part de l’effort sur les dépenses passait de 34 à 37 %, celui sur les recettes de 34 à 29 %. Les 34 % restant étant réservés aux mesures "autres". Comme le prix des titre-services qui augmenterait de 1 euro à partir de 2013 ou encore l’effort sur les voitures de société qui passe de 500 à 300 millions d’euros. Le taux des intérêts notionnels passerait à 3 % mais le taux préférentiel supplémentaire de 5 % est maintenu pour les PME.

Le formateur a aussi proposé une cotisation de solidarité pour les revenus (professionnels et mobiliers additionnés) de plus de 100000 euros par an. Elle se monte à 5 % du revenu mobilier déclaré par le contribuable. La mesure rapporterait 200 millions. Le précompte mobilier serait par ailleurs fixé à 22 %, tant pour les dividendes que pour les plus-values d’actions. Gain : 1 milliard environ. Deux milliards d’euros viendraient de la modification de la norme de croissance en soins de santé. Tous ces chiffres allaient évidemment évoluer en cours de négociation. Vers 23 h, le CDH jugeait la note "incomplète" et annonçait vouloir se battre toute la nuit pour l’emploi, l’accès à la justice, les titres-services, etc.

On le dit depuis plusieurs jours, les tensions gauche-droite sont extrêmement fortes sur une bonne partie des dossiers négociés. Tant sur le budget que sur les réformes structurelles.