Il est tout à fait possible, pratiquement, d'organiser des élections en ces temps de pandémie, estime lundi Erika Vlieghe, présidente du GEES, dans un article publié en ligne lundi par l'hebdomadaire flamand Knack.

La question: serait-il possible d'organiser des élections anticipées, alors même que valent une interdiction des grands évènements et la règle de la distanciation sociale? Oui, selon la présidente du groupe d'experts chargé de la stratégie de sortie de confinement, et professeur de l'hôpital universitaire d'Anvers.

"Un jour d'élection est bien un évènement de masse, entre guillemets. Mais un évènement de masse qui est bien 'organisable'", estime-t-elle.

Cela nécessiterait une concertation intense avec les pouvoirs locaux, et une manière de gérer les flux d'électeurs pour éviter qu'ils n'arrivent tous au même moment au bureau de vote. "On pourrait penser à des blocs-horaires renseignés sur les convocations. On peut aussi multiplier les bureaux de vote", indique Erika Vlieghe.