Laurette Onkelinx a dénoncé le "double discours du CDH sur l'Asile". Yves Leterme a indiqué à Joëlle Milquet qu'il n'était pas "un torchon"...

Le gouvernement fédéral devait décider d'ouvrir certains établissements militaires pour accueillir des demandeurs d'asile (2400 places) mais cette décision a été reportée sur ordre du Premier ministre Yves Leterme - à cause de l'opposition du CDH.

Joëlle Milquet a, en effet, indiqué qu'elle avait "un problème" avec la localisation de 500 places d'accueil à Bastogne en province de Luxembourg. La présidente du CDH a alors demandé qu'une notification spéciale soit faite: "il faut, en outre, a-t-elle dit, qu'une concertation au niveau local ait lieu avant de s'embarquer là-dedans"…

-Yves Leterme a alors lancé: "Joëlle, il n'y a pas de problème, j'ai déjà eu une concertation avec Benoît Lutgen à ce sujet"... Rappel, Benoît Lutgen, un Bastognard, est appelé à devenir le président du CDH. Un contact a effectivement eu lieu entre Yves Leterme et Benoît Lutgen à ce sujet lors des funérailles du libéral Antoine Duquesne mardi. Le Premier ministre a demandé que Philippe Courard se rende à Bastogne pour régler le problème.

Le CDH rappelle que Philippe Courard ne s'est même jamais déplacé à Bastogne pour tenter de régler ce dossier. "C'est tout ce que nous demandons: une concertation avec le autorités locales, dit-on au CDH. Il faut que le ministre Courard accepte de se concerter avec le bourgmestre Philippe Collard. C'est du bon sens, sinon on va droit vers le chaos!" Une manifestation contre l'implantation de ce centre d'accueil est prévue à Bastogne. Et mardi soir, le conseil communal a demandé à l'unanimité qu'une concertation avec Philippe Courard puisse avoir lieu.

Joëlle Milquet (CDH) et Didier Reynders (MR), dans ce dossier de Bastogne, apparaissent être sur la même longueur d'ondes: une concertation avec les autorités locales avant de décider d'implanter des places d'accueil.

-"Ce n'est pas la question de la présence ou non de Benoît Lutgen dans cette concertation qui pose problème, a donc répliqué Joëlle Milquet. Je demande qu'une concertation au niveau local ait lieu"...

-La vice-Première ministre socialiste Onkelinx est alors intervenue très sèchement dans le débat: "ça suffit ces doubles discours du CDH sur l'Asile!, a-t-elle lancé devant tous les ministres médusés. C'est quoi ces positions du CDH avec un discours sur l'asile à Bruxelles et un autre en Wallonie? On est en train d'essayer de régler un problème local du CDH sur le dos des demandeurs d'asile! Joëlle, tu prends en otage les demandeurs d'asile!"

Plusieurs témoins confirment que Laurette Onkelinx a littéralement "explosé" de colère.

-Le ministre socialiste de tutelle, Philippe Courard, a alors placé: "Si on ne prend pas de décision rapidement, ce sont des milliers de demandeurs d'asile qui vont se retrouver dans la rue ou devoir rester dans des hôtels". Une suggestion d'introduire dans la décision que "les pouvoirs locaux se chargeraient des modalités pratiques d'application" a alors été faite. Mais elle est restée sans suite.

Le Premier ministre a décidé de reporter la décision. Les points suivants ont été discutés au gouvernement.

Puis, au moment de lever la séance, Laurette Onkelinx est encore intervenue: "Je rappelle qu'on a obtenu aucune avancée sur le point 48 concernant les demandeurs d'asile. Si j'entends une seule personne dire que c'est la responsabilité de Philippe Courard, je raconte tout ce qui s'est déroulé durant ce Conseil des ministres"…

-Joëlle Milquet a répliqué en annonçant qu'elle n'était "pour rien" dans ce report de la décision. Ce qui a provoqué la colère du Premier ministre:" Joëlle, s'est-il fâché, arrête de me prendre pour un torchon! C'est ma compétence, c'est moi le ministre de tutelle de Philippe Courard. Et je constate qu'on dû reporter la décision".

Rappel: le gouvernement Leterme est en affaires courantes mais doit décider de plusieurs mesures urgentes - dont la création de places pour les demandeurs d'asile à la veille de l'hiver…