Les autorités ont décidé de resserrer la vis, ce vendredi 19 mars. Un Comité de concertation s'est réuni de façon anticipée à partir de 15 heures pour trancher la marche à suivre. Le Premier ministre a présenté toutes les décisions qui ont été prises au cours de la réunion. 

"Les semaines qui viennent s'annoncent cruciales", a débuté Alexander De Croo (Open Vld). "L'augmentation des contaminations et des hospitalisations n'est pas tout à fait inattendue. C'était clairement indiqué dans les modèles présentés par les experts. Mais cette accélération a été encore plus rapide que nous le pensions, raison pour laquelle le Codeco a été anticipé."

Comment pouvons-nous expliquer cette hausse si rapide ? Le Premier ministre a présenté plusieurs pistes. "Tout d'abord, il y a les variants qui sont plus virulents. Mais ce n'est pas la seule explication", a regretté le libéral flamand. "Nous voyons également que notre comportement a changé, qu'il y a davantage de déplacements." C'est pourquoi le Comité de concertation a décidé de prendre de nouvelles mesures.

Ce qu'a décidé le Comité de concertation

  • Des mesures présentées pour les écoles ce lundi

Selon Alexander De Croo, il y a deux lieux où sont constatées la plupart des contaminations: les écoles et les entreprises. "Nous ne devons pas fermer les yeux quant à ce qui se passe dans les écoles et dans les entreprises", a-t-il ajouté. Les ministres de l'Enseignement devront se pencher sur la situation dans les établissements scolaires, ce week-end, et devront venir avec des propositions constructives pour lutter contre la hausse des contaminations dans les écoles. Une liste de mesures sera présentée lundi. Les règles devront entrer en vigueur le plus rapidement possible. 

Il a d'ores et déjà été décidé de reporter la reprise des cours en présentiel à temps plein pour le 2e degré de l'enseignement secondaire. L'enseignement en présentiel à temps plein dans le secondaire sera uniquement possible après les vacances de Pâques, le 19 avril. 

  • Campagne de dépistage poussée dans les entreprises

Des tests antigéniques seront effectués dans les entreprises où le télétravail n'est pas possible, à partir du lundi 22 mars. L'objectif est de diminuer les contaminations sur le lieu de travail, en identifiant davantage les potentiels cas de coronavirus au sein du personnel. Le gouvernement compte également davantage insister pour que le télétravail soit respecté. 

"Nous devons suspendre le plan plein air, prévu pour le mois d'avril. Il n'y a que les activités extérieures prévues pour les enfants (groupes de maximum 10 personnes), qui pourront se dérouler comme prévu", a expliqué le Premier ministre.

"Les perspectives sont là"

"Le coronavirus n'a pas dit son dernier mot, mais j'espère que c'est la dernière fois que nous devons vous présenter de mauvaises nouvelles", a ajouté Alexander De Croo, soulignant la nécessité de respecter les mesures à la lettre. Il a tenu à terminer sa prise de paroles sur une note positive: "Les perspectives sont là et le restent. Nous avons un mois pour reprendre le contrôle et mettre en place le déconfinement." 

Le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (sp.a), a également insisté sur le fait que les autorités voulaient à tout prix rouvrir l'Horeca en mai. "Mais si nous voulons y arriver, tout le monde doit nous aider", a expliqué le socialiste flamand. 

Revivez notre Live ci-dessous.