Politique belge

Le ministre de la Défense, Didier Reynders, a vécu vendredi, pour la première fois en vingt ans de présence au gouvernement, les coulisses du défilé de la Fête nationale, lors d'une répétition de la colonne à pied dans la caserne de Peutie, qui lui a en outre permis de découvrir les futurs blindés de la composante Terre. Le tout, sous les yeux d'une délégation militaire venue du Qatar. 

"Je suis un habitué du défilé, mais depuis la tribune (installée place des Palais). Ici, cela valait la peine de venir voir comment on organise le défilé, comment on fait répéter toutes celles et tous ceux qui vont participer. Et de voir que cela prend quand même un peu de temps d'organiser tout cela", a-t-il affirmé à quelques journalistes - sur fond de musique militaire rythmant le passage des différents détachements terrestres.

M. Reynders (MR), qui était ministre des Affaires étrangères et européennes dans le gouvernement Michel 1er - désormais démissionnaire - a hérité en décembre dernier du portefeuille de la Défense lors de la démission collective des ministres N-VA pour cause de désaccords sur le pacte des Nations unies pour les migrations signé à Marrakech.

Ministre fédéral depuis 1999, il a assisté à de nombreux défilés du 21 juillet. Mais il a découvert vendredi au quartier major Housiau à Peutie (Vilvorde) les aspects logistiques en compagnie du commandant des troupes, le général-major Marc Thys.

Ce dernier, par ailleurs commandant de la composante Terre, en a profité pour présenter au ministre deux blindés français Griffon qui défileront dimanche à Bruxelles.

La Belgique a conclu l'an dernier un "partenariat stratégique" portant sur la fourniture par la France de 382 véhicules blindés légers multirôle de type Griffon et de 60 blindés de reconnaissance et de combat de type Jaguar pour un montant d'environ 1,6 milliard d'euros.