Filip Dewinter (Vlaams Belang) a repris les commandes du parlement flamand hier suite à la démission de Kris Van Dijck. Une place qui même s'il risque de ne pas la garder longtemps - le bureau se réunit aujourd'hui pour décider si oui ou non le poste restera entre les mains de l'ancien leader du VB - ne plaît pas à tout le monde. 

"Cette situation est malheureuse et vexatoire !, confie Herman De Croo à La Libre. Tout ce que j’avais mis en œuvre pour faire en sorte que les députés flamands puissent prêter serment devant un démocrate s’avère finalement vain. En ce qui me concerne, je sortirai malgré tout par la grande porte." Le 18 juin dernier, le libéral flamand de 81 ans - une nouvelle fois réélu - avait en effet accepté de présider la première session du Parlement flamand alors qu’il avait pourtant annoncé à plusieurs reprises qu’il ne siégerait plus. La raison invoquée : éviter que l’assemblée régionale ne soit présidée par le Vlaams Belang Filip Dewinter, en l’occurrence le député jouissant de la plus grande ancienneté. Dewinter est dès lors devenu le premier vice-Président du Parlement flamand. Jusqu’à ce jeudi donc. "C’est ridicule. Ils se sont tellement pressés à constituer un Bureau provisoire qu’ils reçoivent la monnaie de leur pièce. Il faut réunir au plus vite le Parlement flamand afin de désigner un nouveau président, a fortiori un N-VA", regrette M. De Croo.