L’information, communiquée par la Chambre, a été confirmée à La Libre par le Parlement européen. La situation sanitaire ne permettant pas d’accueillir les 150 députés sur les sièges de la Chambre. En revanche, avec près de 900 places, l’hémicycle européen est suffisamment spacieux pour que les règles de distanciation physique puissent être respectées.
Les services du président de la Chambre, Patrick Dewael (Open VLD) qui, avec l’accord de la conférence des présidents de groupes, ont pris contact avec le Parlement européen. La demande a été acceptée par le Bureau de l’institution.

Les formateurs Alexander De Croo (Open VLD) et Paul Magnette (PS) doivent faire rapport au Roi lundi des négociations menées par les partis socialistes (PS et Vooruit), libéraux (MR et Open VLD), verts (Ecolo et Groen) et les chrétiens-démocrates flamands du CD&V pour conclure un accord de gouvernement. Ces sept partis ont voté une motion inscrivant la déclaration gouvernementale à l’ordre du jour de la séance de la Chambre du 1er octobre prochain. Reste à voir si ce délai pourra être tenu par les négociateurs.

Un hémicycle ouvert à d’autres événements que les plénières du Parlement

Ce serait la première fois qu’une assemblée parlementaire d’un État membre tient une séance plénière dans l’hémicycle du Parlement européen, mais d’autres événements ont déjà été accueillis dans cette enceinte. Pour prendre des exemples récents : y ont été organisés une conférence sur la Syrie organisée en 2017 par l’alors cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini, une session du Parlement européen des entreprises en 2018 ou encore une conférence de la Commission sur la lutte contre le cancer en février de cette année.
Pour autant que le calendrier de l’institution le permette, et sous réserve de l’approbation du Bureau du Parlement, au cas par cas, “l’hémicycle peut être utilisé par des autorités politiques ou des associations, en respectant certains critères”, dont le respect des valeurs européennes, la dignité et le caractère non commercial de l’événement, précise Delphine Colard, porte-parole du Parlement européen.