Le co-président d'Ecolo Jean-Marc Nollet a qualifié mercredi de "cinéma" les tensions survenues la veille à Namur à l'occasion de la rencontre entre négociateurs PS et PTB pour la formation d'une nouvelle majorité wallonne. A son arrivée au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour y rencontrer Elio Di Rupo et Paul Magnette, M. Nollet s'est refusé à commenter le refus du PTB de rencontrer une nouvelle fois les négociateurs PS jeudi, ce qui semble fermer la porte à une majorité dite "progressiste".

"Je ne vais pas tomber dans le travers de faire de ce moment de rencontre extrêmement important un show de communication", a indiqué M. Nollet.

Accompagné de ses chefs de groupe Stéphane Hazée et Barbara Trachte, le co-président d'Ecolo a dit vouloir profiter de cette seconde rencontre avec les négociateurs PS pour développer le projet des écologistes en matière d'enseignement, de petite enfance, de jeunesse et de culture, des compétences qui relèvent toutes de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

"Tout cela mérite bien mieux que le cinéma que j'ai vu hier...", a lâché M. Nollet.

Le second tour de consultations politiques en Wallonie a pris un ton électrique mardi à Namur en raison de vives tensions apparues entre négociateurs PS et PTB.

Raoul Hedebouw précisait d'ailleurs mardi soir que le PTB ne participerait pas à la nouvelle rencontre avec l'état-major PS prévue jeudi à Namur. "Nous ne viendrons pas. Dans ce cadre-là, sans rupture, ça ne sert à rien de revoir le PS", affirmait le porte-parole du parti de gauche radicale. "Nous avons fait le tour de tous les points et nous sommes au bout d'un cycle. Le PS a déjà la tête ailleurs. Il faut que les socialistes arrêtent de nous prendre pour des cons et nous respectent."