"Nous comptons d'abord sur le civisme et la responsabilité des uns et des autres (dans les transports en commun), mais il y aura des contrôles par la police des chemins de fer et Securail", a prévenu dimanche le ministre fédéral de la Mobilité François Bellot (MR) sur le plateau de l'émission "C'est pas tous les jours dimanche" sur RTL-TVi. 

Les amendes prévues dans le cadre du confinement, soit 250 euros, pourront être infligées aux contrevenants. "Il faut être très clair là-dessus. S'il y a des abus, il faudra bien entendu que le personnel de la SNCB le signale et que l'on mette les efforts policiers pour pouvoir verbaliser." A partir du 4 mai, le port d'une protection du nez et de la bouche sera obligatoire, tant dans les véhicules que dans les gares et aux arrêts, a décidé le Conseil National de Sécurité vendredi. En outre, tout le monde ne sera pas autorisé à utiliser les transports en commun.

"A partir du 4 mai, ce sont les gens qui doivent aller travailler et qui doivent se rendre à une visite médicale. A partir du 11 mai, ce sera autorisé pour aller dans les commerces et, à partir du 18 mai, pour aller dans les écoles. Le télétravail reste plus que recommandé, ainsi que ne pas se déplacer inutilement", a ajouté M. Bellot.

"Les ministres de la Mobilité et les responsables des entreprises publiques se sont réunis à plusieurs reprises et nous avons plaidé pour des règles claires. Et la règle claire, c'est l'obligation de porter une protection bucco-nasale, masque, écharpe ou foulard."