L'ancienne bourgmestre de Molenbeek n'a pas apprécié les propos tenus par le ministre-président bruxellois au sujet de son parti.

Première entité à s'être munie d'un gouvernement, la Région bruxelloise est au coeur de toutes les attentions depuis mercredi soir. Réunissant Ecolo, Groen, PS, Sp.a, Open Vld et DéFi, le nouvel exécutif bruxellois a choisi de laisser de côté les libéraux francophones qui tenaient pourtant à monter au pouvoir dans la capitale. En effet, le MR a joué le tout pour le tout ces derniers jours, mettant une pression maximale sur Gwendolyn Rutten et Alexander De Croo (Open Vld). Mais c'est à un mur que s'est retrouvé confronter le parti libéral francophone, devant se résigner au final au banc de l'opposition. Le ministre-président de la Région, Rudi Vervoort, a regretté cette attitude du MR qu'il a estimé être du "mépris envers l'institution bruxelloise" dans les colonnes du Soir.  

Un jugement que n'a pas accepté Françoise Schepmans. La cheffe de groupe MR au parlement bruxellois a répondu à Rudi Vervoort sur Twitter. "Peu confiant en son programme de politique générale, le ministre-président bruxellois critique les partis de l'opposition dans la presse", écrit la libérale. 

Hier, le ministre-président avait en effet lui-même reconnu "ne pas se faire d'illusion" sur une mesure concernant les logements sociaux. Un aveu de faiblesse quant à l'accord de gouvernement présenté mercredi soir qui n'a pas échappé à Françoise Schepmans. 

"On aurait préféré: la budgétisation de ses propositions, des mesures pour sauver l'ABP, stopper l'exode des revenus moyens, aider les PME,...", conclut l'échevine de Molenbeek.