Des tests rapides et autodépistages devraient être largement diffusés afin de permettre davantage d'activités intérieures à partir du mois de mai, avait décidé le Comité de concertation le 5 mars dernier.

Interrogé mardi en commission de la Chambre, Frank Vandenbroucke a confirmé que l'intention était de les développer le plus rapidement possible, et donc bien avant le mois de mai. "Le but est de commencer au plus vite. Ce sera, par exemple, très utile pour les sociétés qui ne peuvent pas organiser de télétravail."

"A un moment donné, ce sera intéressant que la population puisse faire le test elle-même. (...) Nous sommes en train de développer cela et cela pourra s'accompagner d'un assouplissement des règles d'accès à ces auto-tests. On en discutera en conférence interministérielle (CIM) santé et au comité de concertation. Ce qui peut être démarré plus tôt sera démarré plus tôt", a-t-il conclu.