Le Comité de concertation qui était prévu la semaine prochaine va finalement se tenir ce vendredi 19 mars, vu les très mauvais chiffres de ces derniers jours. Le ministre Frank Vandenbroucke n'en a pas fait mystère, il va falloir intervenir si on veut éviter une nouvelle reprise fulgurante de l'épidémie. "Si nous voulons réussir à rouvrir complètement les écoles après les vacances de Pâques et l'Horeca le 1er mai, nous devons vraiment prendre des mesures maintenant", a confié le ministre de la Santé à VTM Nieuws. "Le virus circule beaucoup trop. Nous avons prouvé par le passé que nous étions capables de le faire."

Cela sous-entend toutefois que des décisions impopulaires risquent d'être prises rapidement. "Je ne sais pas prévoir encore de quelles mesures il s'agit. Mais on ne peut pas continuer comme ça. Il faut agir maintenant", a-t-il poursuivi.

Le ministre de la Santé a souligné que "de nombreuses infections chez les enfants se propagent chez leurs parents. Cela les rend malades, et certainement aussi les grands-parents. Les enfants ne peuvent rien y faire. Nous devons réfléchir attentivement aux contacts entre enfants. C'est une préoccupation qui est à l'étude."


Vandenbroucke a répété ses propos au micro de RTL Info. "Je ne vais pas devancer les décisions, mais avec une telle flambée des contaminations et un tel niveau d’hospitalisations, parler d’assouplissements maintenant, c’est quand même un peu contradictoire. Je pense qu’il faut absolument sauvegarder l’objectif de rouvrir les écoles après Pâques et de rouvrir l’Horeca le 1er mai. Mais pour en arriver là, à court terme, il faut prendre d’autres mesures".