Le ministre fédéral de la Santé est revenu sur la réunion des ministres de l'Education, qui ont proposé dimanche une série de mesures strictes pour limiter au maximum la propagation du coronavirus dans les écoles. Elles sont "intéressantes et importantes" , a signalé Frank Vandenbroucke dans l'émission "De Ochtend" de la VRT.

Mais le ministre s'est dit toutefois "très inquiet de ce qui se passe" , avec de derniers chiffres en Belgique pas rassurants. "Par exemple, 426 personnes ont été admises dans les hôpitaux ce week-end. C'est un petit hôpital qui est rempli de patients du Covid. Le week-end dernier, il y a eu 353 entrées et le week-end précédent 263" , a détaillé le socialiste flamand. 

"Ce sont des chiffres inquiétants" , a encore martelé Frank Vandenbroucke. "Si nous voulons rouvrir complètement et définitivement les écoles après les vacances de Pâques et si nous voulons rouvrir le secteur de la restauration le 1er mai, nous devons mettre le paquet et faire tout ce qui est en notre pouvoir" , a-t-il ajouté.

Le ministre de la Santé ne s'est toutefois pas prononcé sur l'éventualité de nouvelles mesures alors que le Comité de concertation doit à nouveau se réunir dans le courant de la semaine.

Quant à la vaccination prioritaire des enseignants, ce que demandent les ministres compétents tant au nord qu'au sud du pays, elle ne pourrait de toute façon intervenir qu'à la mi-mai, après la vaccination des plus de 65 ans et des patients souffrant de comorbidités. Le schéma de vaccination a été établi en conférence interministérielle (CIM) Santé, et donc avec l'accord des entités fédérées, a enfin rappelé Frank Vandenbroucke.