Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles qui se prépare à présenter sa démission au conseil lors de la séance de lundi exerce cette fonction sans discontinuer depuis octobre 2000. Né le 11 septembre 1944 à Laeken, Freddy Thielemans, est enseignant de formation, et gradué en sciences commerciales. Il dispose d'une agrégation pour l'enseignement secondaire inférieur en langues germaniques.

Après avoir enseigné de 1966 à 1973, il est détaché auprès des Jeunes Socialistes, qu'il représente auprès des organes internationaux auxquels adhère l'organisation. Il travaille ainsi comme expert en matière de jeunesse auprès du Fonds Européen pour la Jeunesse (Parlement européen de Strasbourg).

Il devient secrétaire de la EUSY (branche européenne de l'Union internationale des Jeunesses socialistes) ainsi que de l'Union des Jeunes Socialistes de l'Europe des neuf.

En 1976, il réintègre l'enseignement.

En 1983, le bourgmestre de Bruxelles, Hervé Brouhon, le détache aux fonctions de chef de cabinet.

Il fait son apparition sur l'échiquier politique à l'issue des élections communales de 1988. A chaque fois réélu depuis lors, il n'a cependant jamais siégé comme conseiller, ayant depuis lors toujours siégé, soit comme échevin, soit comme bourgmestre.

En 1988, il devient échevin chargé des Beaux-Arts, et hérite, en sus, à partir de 1993, de l'Instruction Publique.

D'avril 1994 à janvier 1995, il achève la mandature communale en tant que bourgmestre, à la suite de la démission de Michel Demaret (PSC).

Il réintègre ensuite ses fonctions d'échevin et est élu au parlement bruxellois à l'issue du scrutin de mai 1995.

En janvier 2001, plus d'un an après son élection au parlement européen, il accède au maïörat, en coiffant sur le poteau François-Xavier de Donnea (MR) qui, fort de son score électoral, s'y revoyait déjà. Mais c'était sans compter sur l'arithmétique électorale. Pour le PS emmené par Freddy Thielemans, la constitution d'une majorité de type olivier (PS, cdH, Ecolo) représentait une belle opportunité de ravir le maïorat aux libéraux renvoyés dans l'opposition jusqu'au dernier scrutin communal.

Au terme de l'élection de 2006, Freddy Thielemans a conforté sa position de bourgmestre à la tête d'une coalition PS, cdH, sans Ecolo relégué dans l'opposition.

Le dernier scrutin d'octobre a redistribué les cartes en faveur d'une coalition socialiste libérale, toujours avec Freddy Thielemans à sa tête.

Depuis 2009, le bourgmestre de la Ville siège à nouveau aussi au parlement régional.

Bruxellois pur jus, Freddy Thielemans manie les langues avec une grande aisance, agrémentant ses interventions avec force figures de style, et références étymologiques et littéraires.

Ses détracteurs au conseil communal le disent autoritaire dans sa gestion du conseil communal qu'il préside. Se disant volontiers agnostique, à l'aise dans les salons comme dans les bistrots, cet amateur de motos mythiques n'a jamais dévié de sa trajectoire de socialiste bon teint, depuis avant le temps où il tenait ses permanences sociales dans un établissement de Laeken dénommé "Le Rouge et le Noir".

A la Ville de Bruxelles, il est très proche de l'échevin Philippe Close qui fut son directeur de cabinet, même si c'est l'actuel président du CPAS Yvan Mayeur que la section du PS de la Ville a désigné depuis belle lurette pour lui succéder à terme.