Ce jeudi soir, le président du MR était l'invité de l'équipe de "Jeudi en prime". Finalement, Georges-Louis Bouchez n'a pas participé à l'émission politique de la RTBF. Selon la chaîne publique, il a décommandé seulement deux heures avant le direct. Une pratique qui n'a pas plu du tout à l'équipe et surtout au journaliste François De Brigode.

Lors de l'ouverture de l'émission, le présentateur a directement tancé le président. "Deux heures avant le direct, Georges-Louis Bouchez nous a prévenus qu'il ne viendrait pas dans l'émission. Pourtant, sa présence nous a été confirmée plusieurs fois, puis à 17h45 ce (jeudi) soir, il nous a expliqué qu'il ne viendrait pas", a expliqué le journaliste, amer. La venue de l'homme politique était motivée par son refus d'effectuer une quarantaine après avoir côtoyé Egbert Lachaert, récemment infecté par le coronavirus. "Il s'agit du seul président de parti qui a pris cette position. Nous avions des interrogations normales et certaines questions à lui poser dans le but d'éclaircir sa pensée."

Toujours dans l'émission, François De Brigode expliquait l'absence regrettée de son interlocuteur qui a évoqué "l'évolution des négociations". "On notera toutefois que ces négociations ne sont pas ce soir dans une phase d'accélération majeure. Nous voulions également interroger M. Bouchez sur la situation de la politique générale comme c'est le jeu dans 'Jeudi en Prime'."

Sur Twitter, Georges-Louis Bouchez a une nouvelle fois tenté d'expliquer son absence. "J’ai expliqué pourquoi: des fuites ont eu lieu sur la prolongation de Sophie Wilmès et je n’avais pas à les commenter. J’ai été très clair mais vous préférez la polémique. Dommage." Suite à la parution d'un article de la RTBF, le président libéral s'est à nouveau exprimé sur Twitter, en réitérant ses propos: "L'article est faux puisque j’ai clairement indiqué que ce sont les fuites sur la prolongation de Sophie Wilmès qui amènent mon absence. En effet, je n’ai pas à commenter de regrettables fuites."


Pendant l'émission, son remplaçant Yves Coppieters est revenu sur la polémique de la quarantaine. Pour l'épidémiologiste, Georges-Louis Bouchez prend de gros risques en refusant de s'y soumettre. "Il met les autres en danger, il y a un vrai principe de précaution à respecter" expliquait-il. L'homme politique n'a pas tardé à répondre, toujours sur Twitter. "Monsieur Yves Coppieters, vous connaissez les règles mieux que nombre d’entre nous. Pouvez-vous donc confirmer que lorsque l’on n'a pas été à moins de 1,50 mètre pendant plus de 15 minutes d’une personne infectée, il ne faut pas se mettre en quarantaine ? Merci beaucoup."


Yves Coppieters n'a pas encore répondu à cette interpellation.