Politique belge

Gérard Deprez (MR) n’a pas renoncé à sa vieille idée de réunir les libéraux et les humanistes. Le nouveau mouvement politique qu’il imagine intégrerait également Défi et reléguerait alors le PS à la deuxième place électorale.

Après avoir présidé le PSC de 1981 à 1996, Gérard Deprez avait tenté de faire basculer le centre de gravité politique du côté francophone en attelant les sociaux-chrétiens aux libéraux. Après avoir échoué, il avait rejoint le MR (le PRL, à l’époque).

Le CDH a joué carte sur table et a renoncé à participer au pouvoir. Était-ce une bonne décision à ce stade des négociations ?

(...)