Les écologistes flamands de Groen ont réclamé ce mardi matin la démission de Joke Schauvliege.

"Pour Groen, la coupe est pleine. Cette ministre ne peut plus travailler de manière crédible à un poste aussi crucial que le sien", a justifié le chef de groupe Björn Rzoska du parti d'opposition flamand.

Cela fait suite aux déclarations contradictoires de la ministre flamande de l'Environnement (CD&V), qui avait remis en cause la spontanéité des manifestations des jeunes pour le climat.

Elle avait reconnu, mardi, ne pas avoir eu de contact avec la Sûreté de l'État, contrairement à ce qu'elle avait affirmé au cours d'un discours, ce week-end, devant des membres de l'ABS, un syndicat agricole flamand. "Je m'excuse d'avoir tenu ces propos", a-t-elle déclaré dans l'émission De Ochtend sur Radio 1. "Je n'ai pas voulu travestir la vérité mais je suis allée trop loin", a-t-elle ajouté. L'origine de la tempête est à chercher du côté de Lierde, en Flandre orientale. Devant un parterre de représentants de l'ABS, l'Algemeen Boeren Syndicaat, Joke Schauvliege affirme que les manifestations des jeunes pour le climat, organisées chaque jeudi depuis plusieurs semaines, font l'objet d'une manipulation.