Le leader de la N-VA est, semble-t-il, parvenu à convaincre un Wallon pur et dur en la personne de José Happart. Plutôt étonnant de la part d'un homme qui a toujours défendu la cause francophone, de vouloir écouter sagement les considérations de Bart De Wever, un indépendantiste convaincu.

Flashback. Nous sommes en 1987, l'élection de José Happart à la tête de la commune de Fourons provoque une crise gouvernementale. La cause? Il ne veut pas passer le test de connaissance du néerlandais prétendument obligatoire pour les bourgmestres en Flandre.

Désormais, l'ancien président du Parlement wallon tient un tout autre discours. Comme il l'affirme à nos confrères de SudPresse: "Je comprends les déclarations de Bart de Wever. Je suis persuadé que ce qu'il dit est sérieux et mérite une vraie réflexion au lieu d'être balayé d'un revers de la main".

"Bart De Wever demande une réforme plus profonde de l'Etat, et de manière générale, tous les Flamands sont demandeurs", poursuit José Happart. "Mais il est évident que les Wallons sont eux aussi demandeurs de beaucoup de choses! Nous devons sans attendre nous asseoir avec Bart de Wever pour les phases 6 et 7 de la réforme de l'État belge", conclut-il.