Dans l'émission 'De Ochtend' sur Radio 1 (VRT), elle a défendu le choix des chrétiens-démocrates flamands d'entamer des négociations sans la N-VA au fédéral, tout en confirmant la loyauté du CD&V au sein de l'exécutif dirigé par le nationaliste Jan Jambon. Si la coalition Vivaldi, sans les nationalistes flamands, se forme au niveau fédéral, le ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA) demandera à ses partenaires au sein du gouvernement flamand, le CD&V et l'Open Vld, si leur soutien reste de mise à l'échelon régional, avait-t-il averti samedi à la VRT.

Mercredi, sur la radio publique flamande, la cheffe de file du CD&V à la Région a confirmé cette loyauté. "Quand vous concluez un accord de coalition, vous le faites pour toute une législature". Mais "vous pouvez également inverser la question : voulez-vous (la N-VA, ndlr) toujours respecter pleinement l'accord de coalition avec nous? ", a ajouté Hilde Crevits. La semaine dernière, une réunion du gouvernement flamand a eu lieu et s'est bien passée, a-t-elle confirmé.

Au sein du CD&V, la très populaire vice-ministre-présidente était considérée comme l'une des plus franche partisane d'une coalition fédérale avec la N-VA. "Mais je me suis engagée en politique pour changer les choses dans la société. Si vous n'avez pas de gouvernement fédéral après un an, c'est désespérant."

Hilde Crevits a en outre indiqué qu'elle n'avait aucune intention de monter dans un gouvernement fédéral.