"Ikea ouvert, école fermée", a-t-il résumé devant le Parlement flamand. Le fédéral et les entités fédérées rassemblés en Codeco ont décidé que les cours des écoles primaires et secondaires seraient fermées la semaine prochaine, pour laisser place à l'enseignement à distance, à l'exception des classes maternelles. Les magasins ne pourront recevoir de clients que sur rendez-vous et en nombres limités, sauf commerces essentiels.

"Les dernières semaines, nous avons travaillé ensemble avec le secteur de l'enseignement, pour pouvoir garder les écoles ouvertes de manière sûre", peste le ministre. "Nous nous sommes accrochés à la conviction que, en tant que société, nous devons donner priorité à l'enseignement, à nos enfants et jeunes (...) Non, les enfants et l'école ne sont pas le moteur du virus".

Selon le ministre N-VA, coreligionnaire du ministre-président Jan Jambon, le gouvernement flamand était le seul, parmi les instances représentées, à vouloir absolument maintenir les écoles ouvertes. Il parle de "déception".

Il rassemblera dès mercredi soir les acteurs de l'enseignement flamand autour de l'organisation pratique de la semaine précédant les vacances de Pâques.

Face aux élus du nord du pays, le ministre a immédiatement été visé par la critique pour ses propos jugés exagérés, notamment de la part de l'Open Vld. "Quand vous dites 'cibler les enfants pour garder les magasins ouverts', je tombe de ma chaise. C'est indécent. Les magasins sont aussi concernés. Et donner une semaine de respiration aux enseignants, je n'appelle pas cela 'cibler les enfants'", a lancé le chef de groupe Frederik Schiltz.